Virginie Seiller, écoute et empathie au cœur de la transaction immobilère

La gestion immobilière, c’est un métier qu’a “épousé” Virginie Seiller en 2008. Cette année là, elle rejoint son mari à la tête de son entreprise, créée en 2007.

Juriste de formation
Fille de commerçants, Virginie Seiller est tombée dans le commerce quand elle était petite. « J’ai connu les marchés, toute jeune et j’aimais déjà énormément le contact client », se souvient-elle. Juriste de formation, une maîtrise en droit privé entre les mains, elle exerce en tant que directrice de banque, puis courtière en assurances, avant de rejoindre un grand groupe. « Entre temps, j’ai rencontré mon mari qui était agent immobilier. Il a créé Fleximmo en 2007. Moi, j’intégrais en parallèle un grand groupe et puis j’ai fini par le rejoindre l’année d’après. C’est comme ça que j’ai épousé le métier ».

«L’agent immobilier n’est pas qu’un ouvreur de portes»
Un métier qu’elle affectionne tout particulièrement. Un métier humain, avant tout. « Attention, l’agent immobilier n’est pas qu’un ouvreur de portes. Un agent immobilier est également un coach, un psy, quelqu’un de rassurant. Il faut s’intéresser à l’histoire des gens qui achètent et qui vendent! C’est un métier qui a un nom mais qui demande des qualités d’écoute et d’empathie, tout en entretenant ses connaissances juridiques.J’aime être là, du début à la fin de l’histoire, de la vente et de l’achat, jusqu’à la remise des clés.» Agent immobilier est également un métier dans lequel les heures ne sont pas comptées. «Il faut jongler avec sa vie privée. Nous avons beaucoup de rendez-vous le soir, entre midi et deux ».

La déesse Vesta comme insigne depuis fin 2019
Fleximmo Riedisheim est adhérant à la FNAIM (fédération nationale de l’immobilier). Ce syndicat dispose, depuis fin 2019, de son propre insigne. Une véritable reconnaissance dans un marché de plus en plus concurrentiel. « Nous disposons d’une carte professionnelle, ce qui nous différencie désormais de l’agent mandataire. Eux, n’ont pas les mêmes responsabilités, leurs honoraires sont moins élevés mais ils n’ont pas la même obligation de qualité ni de service. Nous avons notre propre insigne qui représente Vesta, la déesse romaine du foyer, et nous en sommes fiers. Il est un gage de reconnaissance aussi face à nos clients ».

«En transaction immobilière, une femme est beaucoup plus attendue au tournant»
Fleximmo Riedisheim compte aujourd’hui trois salariés. Deux négociateurs et une assistante/conseillère en locations. Virginie Seiller a ouvert un pôle gestion, un pôle location, et après une pause de quelques années, elle a fini par retourner à son premier amour qu’est la transaction immobilière. « Par expérience, en transaction immobilière, une femme est beaucoup plus attendue au tournant. En gestion et location, on sent que le secteur se féminise. En BTS, par exemple, la moyenne est de quatre filles pour un garçon. Après, qu’on se le dise, une femme dispose d’une capacité d’écoute différente de celle d’un homme… ».

Le pouvoir publicitaire et la force de la charte graphique
Virginie Seiller manage également l’ensemble de la société. Forte de 13 ans d’expérience, Fleximmo Riedisheim peut compter sur sa capacité d’adaptation au cœur d’un marché particulier. « Mulhouse est la seule ville en France, dont l’immobilier est plus cher extra qu’intra muros. Le marché est tendu mais il se maintient. Nous devons, en revanche, nous adapter à une clientèle de plus en plus exigeante et à une multiplication des agents mandataires ». Virginie Seiller ne lésine pas non plus sur le pouvoir publicitaire et une charte graphique efficace. Chaque année, l’entreprise organise également son propre tournoi de golf, au Golf des Bouleaux, à Wittelsheim.

Emilie Jafrate

Fleximmo
52 rue de Mulhouse, Riedisheim
03 89 31 97 40
contact@fleximmo.eu
www.fleximmo.net

Facebook : Fleximmo Riedisheim


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste

Catégories associées :

Bâtiment Le Journal