La CGPME : unissons-nous !

A l’échelle nationale, la CGPME fait parler d’elle et tâche de peser sur les décisions économiques du nouveau gouvernement. A l’échelle du département, elle rappelle aux entreprises qu’il ne faut pas rester dans son coin, mais se serrer les coudes, surtout dans le contexte actuel.

Gilbert Stimpflin, président et Florence Hinderer, directrice

« Ce n’est pas qu’une question de crise, mais de solidarité entre PME : aujourd’hui, bien des entreprises auraient avancé plus vite si elles avaient eu le bon contact ou le bon conseil au bon moment », estime Gilbert Stimpflin, président de la CGPME 68 (voir notre article en page 3). La CGPME n’est pas qu’un lobby sur le thème des charges sociales, mais aussi une plateforme multiservices pour les entreprises qui auraient besoin d’une consultation juridique ou comptable. Un adhérent bénéficie ainsi de 3 rendez-vous avec des experts (notaire, avocat ou expert-comptable), via une ligne téléphonique dédiée. La réponse aux questions est assurée sous un délai très court. Pour d’autres problématiques liées à l’export ou à la formation, le CGPME indique le contact ad hoc – notamment à la CCI Sud-Alsace Mulhouse – et se charge de faire le lien.

La CGPME est aussi un réseau

« Les adhérents ne se manifestent pas seulement en cas de problème. Ils ont des mandats dans de nombreuses institutions décisionnaires et portent la parole des PME. C’est donc un syndicat. » Un syndicat où les PME peuvent s’exprimer et faire avancer leurs préoccupations, dans un esprit d’entreprise où on doit compter d’abord sur soimême, avec le soutien d’entreprises voisines. « On n’avance pas seul, mais en groupe. Les adhérents de la CGPME ont les mêmes préoccupations et le même quotidien. On est membre d’un réseau, c’est une vraie richesse », argumente Gilbert Stimpflin.

Une nouvelle directrice

Pour être plus proche des responsables d’entreprises, la CGPME68 a recruté une nouvelle directrice, Florence Hinderer. Ex-chef de projet dans le déploiement télécom, elle assure le développement de la structure et le contact avec les médias locaux. Elle prépare actuellement un plan d’action pour assurer une meilleure visibilité de la CGPME 68. Pour info, la cotisation 2013 est de 510 euros, la protection juridique est à 150 euros. A ces montants il convient d’ajouter 4,50 euros par salarié.

Béatrice Fauroux

Journal économique de Mulhouse et environs - Le périscope : information économique mulhousienContact : Florence Hinderer CGPME du Haut-Rhin – 1 avenue Salengro, Mulhouse
03 89 45 15 56 – www.cgpme-alsace.fr


Informations sur l'auteur :

PORTRAIT BEA

Béatrice Fauroux

Fondatrice et rédactrice en chef

Catégorie associée :

Services aux entreprises