EIRL : une fausse bonne idée ?

Depuis le 1er janvier 2011, il est possible pour une entreprise individuelle de bénéficier du statut d’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée). Son but : diminuer le risque d’engagement des biens propres du chef d’entreprise en cas de coup dur. Christophe Schalk, expert-comptable PDG de Cgex nuance les bénéfices d’un éventuel changement de statut.

Le périscope, journal économique de Mulhouse et environs : Christophe Schalk
Christophe Schalk

En quoi l’EIRL est-elle attractive ?

Christophe Schalk : elle est censée protéger les biens propres de l’entrepreneur individuel. Mais le législateur, en ajoutant des clauses antiabus, lui a fait perdre de son attrait. L’obligation d’affecter les biens purement professionnels (avec mise à jour régulière) est compliquée pour une entreprise qui a beaucoup de matériel. Audelà de 30.000 €, ces biens doivent être validés par un expert. La distribution de dividendes est possible, mais le rendement du capital est limité à 10%. En cas de fraude constatée, le statut peut être annulé et il faut publier ses comptes, contrairement à une EI.

Mais est-il intéressant de pouvoir protéger ses biens propres ?

CS : on peut protéger ses biens meubles en signant chez un notaire une déclaration d’insaisissabilité. Il est peut-être intéressant à un moment d’envisager un passage à une SARL où le dirigeant est protégé par le statut.

Alors, pour ou contre ?

CS : on peut utiliser l’EIRL en cas de création, ça peut être rassurant. Mais dans tous les cas une étude à la loupe est indispensable si on veut transformer son statut. L’acte n’est pas anodin, pas aussi simple qu’il en à l’air et au final l’économie est minime et les avantages sont limités. En fait, c’est une EURL avec des contraintes supplémentaires.

Hervé Weill

Journal économique de Mulhouse et environs - Le périscope : information économique mulhousienContact : Avenue de Strasbourg, Didenheim  – 03 89 61 03 44


Informations sur l'auteur :

PORTRAIT BEA

Béatrice Fauroux

Fondatrice et rédactrice en chef

Catégorie associée :

Services aux entreprises

Articles qui devraient vous intéresser

Une nouvelle présidente pour les FCE Frédérique Junker est la nouvelle présidente des Femmes Chefs d’entreprise à Mulhouse. Conseillère en patrimoine, elle poursuit l’activité de ce résea...
Je me rends à la ME une fois par semaine Françoise Specker Weiss est une utilisatrice assidue des locaux de la ME. Sa jeune société née en 2010 n’ayant pas de locaux suffisamment grands, les ...
Besoin d’un bureau au calme ? Venez tester le coworking au “34” à Mulhouse! Le 34 accueille à la fois des télétravailleurs, des entrepreneurs nomades ou des étudiants, grâce à des espaces de travail modulables et professionnel...
Reprise d’entreprise : oser le nouveau départ Pour les cédants comme pour les repreneurs, c’est une aventure nouvelle qui commence. Mais une cession d’entreprise se prépare en amont de la cession,...