KM0 Mulhouse : double-page dans Libération ce lundi !

Le projet mulhousien du « Kilomètre zéro » à retenu l’attention du quotidien national Libération de ce lundi 23 juin 2014. L’article explique le projet KM0 et met en lumière les motivations de quelques-uns de ses principaux promoteurs : les représentants de Rhenatic (cluster numérique d’Alsace) et les sociétés Activis, Première Place, 2Le, Systancia, Inxmail et la CETA.

Développer un véritable écosystème numérique à la Fonderie à Mulhouse (ancien site de la SACM), avec un fablab ouvert aux professionnels et des lieux d’échanges et de formation, aboutira à un centre d’innovation majeur, avec à la clé une pierre apportée à la dynamisation de la ville et des créations d’emplois. D’où l’intérêt porté par Libération à ce projet d’envergure nationale.

Petit rappel : L’annonce de la création du KM0 en avait été faite dans le journal Le Périscope du 20 mars 2014, et une visite du KM0 a été proposée dans le cadre de l’Apériscope du 14 mai 2014

Nous suivrons donc avec intérêt l’évolution de ce projet important pour toute notre région.

Béatrice Fauroux

Libe-KMO1   Libe-KM02


Informations sur l'auteur :

PORTRAIT BEA

Béatrice Fauroux

Fondatrice et rédactrice en chef

Catégorie associée :

Numérique

Articles qui devraient vous intéresser

Rhenatic : deux actualités liées au développement durable La sélection à Metro’num et la création du label ENR (Entreprise numérique responsable) montre l’investissement du réseau en faveur d’un développement...
Le Technistub souhaite s’implanter aux côtés du Km0 Fondé par Emmanuel Laurent, docteur ingénieur, le Technistub se situe au Parc de la Mer Rouge à Mulhouse. Inspiré des “Fablab”, cet atelier technique ...
COGIFACTORY, ANNÉE 1 Créé voici presqu’un an grâce à Rhénatic, le centre de recherches privé CogiFactory entre dans sa phase opérationnelle, sous l’impulsion d’une nouvell...
Question 8 : Quelle est la durée de vie d’un site internet ? Luc Olry : un site internet doit vivre et évoluer, partiellement ou complètement. D’abord parce qu’il y a en permanence des évolutions, au travers de ...