Nathalie Moulin, styliste de la communication

La communication oui, mais autrement… C’est ce que propose Nathalie Moulin, fondatrice de Sous le Chapeau. Une femme à la tête bien pleine et capable de mettre n’importe quelle idée en œuvre grâce à un collectif sur mesure, qu’elle forme autour d’elle, pour chacun de ses projets.

«Redescendre dans l’Histoire, dans l’humain»
La voiture à pois des automotoécoles Arc en Ciel, c’est elle. Nathalie Moulin a su faire de la marque un réflexe. Avec la boulangerie artisanale l’Enfariné, elle s’est amusée sur le ton. « Je n’avais pas envie d’un packaging de boulanger, se souvient-elle. Je leur ai proposé du noir et blanc ». Un packaging simple, efficace et surtout, à messages. « Un petit pain et tout va bien’’, « Un jour mon pain viendra » ou « Encore un goût fourré » y sont inscrits. Le ton est léger et surtout, il provoque le sourire. La simplicité, Nathalie Moulin l’a également mis en œuvre mais avec finesse, dans l’identité de marque et l’identité visuelle de Mélanie Pfister, huitième génération de vignerons. « J’ai au départ été contactée pour refaire les étiquettes de ses bouteilles mais cela aurait été saccager leur histoire. Je me suis intéressée à ce qu’ils sont aujourd’hui et ce qu’ils seront demain. Nous avons établi une baseline de vins de gastronomie en créant des noms pour chacun d’entre eux en fonction de leur parcelle. Nous avons repositionné la marque sur le territoire. La communication, ce n’est pas du superficiel! Il est important de redescendre dans l’Histoire, dans l’humain ».

Mise en lumière des points de différenciation
Raconter une histoire est dans l’ADN de la fondatrice de Sous le Chapeau. « Je m’attache à savoir ce qu’on raconte avant de penser comment on le raconte, glisse-t-elle tout sourire. Au final, lorsqu’on fait un diagnostic avec nos clients, c’est comme les mettre à nu ». Nathalie Moulin s’attache à mettre en lumière leurs points de différenciation. Elle propose une communication mouvante et non figée. Une fois le diagnostic réalisé, elle réuni autour d’elle les compétences. Des équipes qui peuvent varier de deux, trois, à 25 personnes. « Il m’est déjà arrivée de mobiliser des équipes de tournage. Je fixe la ligne directrice, je donne le ton, explique-t-elle. Depuis le départ, mon ambition était de travailler au sein d’un collectif audacieux, d’expérience, et aux métiers complémentaires. J’assemble les gens, comme les éléments graphiques ».

Six ans de beaux projets et de belles rencontres
Un collectif dans lequel Nathalie Moulin tient un rôle de directrice artistique. Sensible à l’esthétisme, la décoration l’a toujours animée. « J’aime les jolis lieux et surtout, les détails », souligne-t-elle. L’aventure Sous le Chapeau démarre en mai 2014. Nathalie Moulin a alors besoin de penser sa vie personnelle autrement. Sollicitée par un ami pour rafraîchir l’identité visuelle de son entreprise, les projets finissent par s’enchaîner, de bouche à oreille. Elle finit alors par se dire : « Et pourquoi pas ? ». Voilà déjà six années de projets et de belles rencontres de passées. « J’adorerais travailler la joaillerie, glisse-t-elle. De toute manière, dès qu’il y a quelque chose à raconter ou à montrer, cela me donne envie d’intervenir ».

Emilie Jafrate

Sous le Chapeau
03 89 51 56 07
info@souslechapeau.fr
www.souslechapeau.fr
Facebook: Sous le Chapeau


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste

Catégories associées :

Le Journal Services aux entreprises