Philippe Choukroun, Directeur Général de l’Agence d’attractivité de l’Alsace (AAA)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Quels sont les objectifs de cette agence créée début 2014 ? En quoi son action peut-elle concerner les entreprises et l’agglomération mulhousienne ? Entretien avec Philippe Choukroun.

Philippe Choukroun
Philippe Choukroun

Le Périscope : Pouvez-vous rappeler les objectifs de la marque Alsace promue par l’AAA ?

La Marque Alsace est faite pour tous les Alsaciens, elle est destinée à créer du lien dans toute la région. Y adhérer, c’est marquer son attachement à notre région et à ses valeurs, c’est affirmer notre identité et l’afficher haut et fort. Vis-à-vis de l’étranger notamment, montrer qu’on aime sa région, c’est important. Près de nous, les Suisses affichent volontiers le signe distinctif de leur drapeau, pourquoi pas nous ? De 2.000 partenaires en 2 ans, nous voulons atteindre rapidement les 3.000. On peut aller plus vite. En plus, adhérer à la marque, c’est facile, rapide et gratuit. (*)

Le Périscope : Une entreprise peut aller plus loin, avec le label Imaginalsace Excellence ?

Effectivement, les entreprises et associations peuvent initier une démarche volontariste pour aller plus loin que l’affichage de la marque Imaginalsace. Un certain nombre de valeurs partagées fondent les principes de ce nouveau label, dont le cahier des charges est en cours d’élaboration et sera publié en septembre. L’idée est de labelliser des entreprises dont les valeurs de citoyenneté, respect de l’environnement, des clients, fournisseurs et la recherche de qualité sont prépondérantes. Il ne s’agit pas forcément de fabriquer ses produits en Alsace, mais de respecter un certain nombre de valeurs d’excellence partagées.

Le Périscope : et comment l’AAA prévoit-elle d’irriguer tout le territoire alsacien pour diffuser ses messages ?

Nous sommes installés à Colmar mais prévoyons d’avoir deux antennes, une à Strasbourg et une à Mulhouse, pour nous rapprocher des services de développement économique et affiner notre connaissance du terrain. A Mulhouse, nous aurons une antenne à la Maison de la Région près de la gare, et travaillerons avec des personnes qui se consacrent au développement économique à m2A.

Le Périscope : Est-ce qu’on n’ajoute pas ce faisant une couche au millefeuille institutionnel, alors qu’on veut justement le simplifier ?

C’est certain qu’au début ce dispositif semble s’ajouter à l’existant. Mais à terme, les compétences liées à l’attractivité touristique et économique pourraient opérer un rapprochement sur au moins une partie de leurs missions. Les décisions de l’Etat en matière de prérogatives des collectivités vont être rediscutées dans les semaines qui viennent et devraient permettre d’améliorer la répartition des compétences. (NDLR : entre la Région et les départements par exemple) Bâtir une stratégie régionale lisible avec l’adhésion de tous est souhaitable, si nous voulons devenir une région forte, surtout vis-à-vis de nos voisins allemand et suisse.

Le Périscope : comment imposer une stratégie régionale unique dans une Alsace très diverse ?

Il ne s’agit pas d’imposer, mais de susciter l’adhésion de tous les acteurs. Nous devons continuer à travailler ensemble pour faciliter l’accueil des touristes, étudiants ou entreprises dans notre région. Quel est le numéro de téléphone de l’Alsace ?… Il est parfois difficile de s’y retrouver. Rien que pour l’international, il y a de nombreux acteurs. Idem pour conseiller une entreprise qui serait prête à investir, etc. Les informations existent dans plusieurs endroits, mais nous devons à la fois rationaliser et mettre les acteurs en réseau si nous voulons aller de l’avant. C’est une démarche proche de celle de l’entreprise, il faut penser au client, se mettre à sa place et lui apporter la réponse qu’il attend.

Le Périscope : Et Mulhouse dans tout ça, comment améliorer son attractivité ?

Mulhouse est une ville pleine d’énergie, où nos interlocuteurs sont accessibles et ouverts. Surtout, il y a une vraie envie de réussir et la ville compte des acteurs économiques dynamiques, dont l’état d’esprit est positif. Il faut juste qu’elle veille à se faire confiance et accepte d’inclure une offre plus diversifiée, allant jusqu’au haut de gamme, notamment en matière commerciale. C’est en affichant son exigence que son image progressera dans l’esprit des gens d’ici et des nouveaux venus, car le potentiel existe.

Le Périscope : votre conclusion ?

Il faut dire et redire que la marque Alsace est celle de tous les Alsaciens ; toutes les entreprises et associations qui se sentent alsaciennes doivent crier qu’elles aiment leur région !

Propos recueillis par Béatrice Fauroux

imagine01(*) Pour télécharger le code de marque Alsace et l’adopter sur vos supports de communication, consulter le site www. marque-alsace.fr

imagine02Label conçu pour les entreprises ayant une démarche d’excellence, cahier des charges à paraître à l’automne

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Informations sur l'auteur :

PORTRAIT BEA

Béatrice Fauroux

Fondatrice et rédactrice en chef

Catégorie associée :

Institution

Articles qui devraient vous intéresser

Les zones franches ont eu chaud ! Après des allers-retours entre Assemblée Nationale et Sénat, il a été décidé de prolonger les avantages des zones franches pendant 3 ans jusque fin 20...
CCI de Mulhouse : représenter, accompagner et former La création d’une entreprise entraîne automatiquement son inscription à la Chambre de Commerce et d’Industrie. Mais les missions de la CCI ne sont pas...