Charlotte Nass et Sophie Erhart, KMJ et le Nid, des projets pensés avec la tête, réalisés avec le cœur

Elles se connaissent depuis leurs 16 ans. Une amitié qui a conduit Charlotte Nass et Sophie Erhart à s’associer, en 2015, autour de leur première projet, KMJ, une boutique de prêt à porter. En avril dernier, elles réalisent l’un des rêves de leur vie en ouvrant, ensemble, les portes de leur Nid.

Karl Mark John, leur coup d’essai
Pendant quatre ans et demi, elles ne se sont pas quittées d’une semelle. En 2015, Charlotte Nass et Sophie Erhart s’associent pour débuter une folle aventure entrepreunariale. Elles ouvrent les portes de Karl Mark John, leur boutique de prêt à porter. Elles trouvent un local rue des Boulangers. Un local qu’elles remettent à neuf. Une projet dans lequel elles investissent 70 000 euros. « Pour nous, KMJ n’était qu’une première étape, une mise en bouche pour voir si nous nous retrouvions dans ce rôle de chefs d’entreprise, expliquent les deux jeunes femmes. Derrière cette marque, il y a toute une infrastructure. Mais au-delà de la marque, il y a notre patte ». Le duo trouve rapidement sa clientèle. Une clientèle devenue fidèle à la boutique à ses produits, mais surtout au conseil et à la bonne humeur des deux copines. « Nos clientes, nous les bichonnons! ».

Le Nid, un concept pensé avec le cœur
« Mais, peu de temps après l’ouverture de KMJ, nous nous sommes mises à rêver et mûrir notre projet du Nid. Contrairement à KMJ, notre Nid est un concept sorti de notre tête, de la cuisine à la déco! ». Le Nid, c’est une guinguette urbaine. Un véritable cocon. « Nous l’avons conçu comme une maison avec une cuisine ouverte, une grande table de salle à manger, un bureau, un salon… Un endroit chaleureux, l’endroit rêvé pour accueillir ses amis sa famille. Nous ne sommes pas issues du monde de la restauration mais nous proposons des repas simples, réalisés avec amour et de bons produits, comme à la maison. La veille au soir, d’ailleurs, on se demande toujours ce qu’on va faire à manger pour le lendemain », sourient les deux amies. Chaque jour, Charlotte et Sophie proposent trois suggestions, dont une végétarienne. Un lieu dans lequel il est possible de manger à toute heure.

Avec la bienveillance du voisinage
Ce projet leur a demandé près de 130  000 euros d’investissement, injectés dans la mise aux normes ainsi que dans le matériel professionnel. Leur local, rue des Franciscains, a été un véritable coup de cœur. « Nous avons mis deux ans et demi à l’avoir! Il y avait de la moquette, des lambris partout, des toiles d’araignées mais nous avons tout de suite vu le potentiel des lieux ». Des débuts immortalisés sur l’un des murs du Nid par les photos des artisans et des proches, venus donner un coup de main à la rénovation des lieux. Le Nid, c’est une trentaine de couverts intérieurs, une quarantaine en terrasse et une ambiance incroyable. « En quelques mois ici, nous connaissons plus de monde qu’en cinq ans rue des Boulangers! ». Pour la petite histoire d’ailleurs, le jour de l’ouverture du Nid, le 24 avril 2019, toute la brigade de l’étoilé “Il Cortile” était au rendez-vous. « Ils sont venus nous souhaiter la bienvenue à l’heure de l’apéro et avec le champagne, se souviennent Charlotte et Sophie. Notre voisin le luthier vient aussi régulièrement prendre son café chez nous ».

«Notre fierté, c’est de voir notre Nid plein de monde, d’entendre le brouhaha des discussions, des rires…»
Si elles se retrouvent tous les matins dans leur Nid, Charlotte et Sophie poursuivent ensuite leur journée chacune de leur côté. « Nous ne voulions pas abandonner notre premier bébé, soulignent-elles. Nous avons d’ailleurs redécouvert le téléphone. Chaque soir, nous nous appelons pendant presque une heure pour débriefer. Nous avons même une petite boite à love pour nous envoyer des messages dans la journée ». Les deux amies sont aujourd’hui à deux bébés. Deux bébés qui leur ressemblent. Leur clientes KMJ n’ont d’ailleurs pas hésité à les suivre. Il n’est pas rare de les retrouver pour une pause déjeuner ou gourmandise au Nid, après être passées en boutique. « Notre fierté, c’est de voir notre Nid plein de monde, d’entendre le brouhaha des discussions, des rires, d’accueillir des anniversaires, des mariages… », confient-elles en embrassant du regard leur cocon. Des projets, les deux jeunes femmes en ont plein la tête. Elles n’ont d’ailleurs pas assez d’une vie pour tout réaliser.

Emilie Jafrate

Karl Marc John
27 rue des Boulangers, Mulhouse
09 83 88 12 14

Le Nid – Guinguette Urbaine
20 rue des Franciscains, Mulhouse
03 89 44 17 96
lenid.mulhouse@gmail.com
Facebook : Le Nid – Guinguette Urbaine


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste

Catégories associées :

Commerces Le Journal