BlancTiptop connecte les machines de lavage

La blanchisserie professionnelle BlancTipTop investit constamment dans ses machines et dans la numérisation de ses process de traitement du linge de ses clients hôteliers-restaurateurs. Et travaille sur un projet qui consisterait à tracer le linge loué aux hôteliers.

Charles Deyber investit chaque année 200.000 euros dans ses ateliers de lavage, séchage, repassage puis pliage du linge, pour disposer du matériel le plus perfectionné. Ses machines originaires d’Italie, d’Espagne ou du Danemark doivent apprendre à dialoguer entre elles. « Aujourd’hui, l’opérateur indique le numéro de client et le type de programme avant d’engager le linge dans chaque machine. Notre objectif pour la fin de l‘année est que nos machines, grâce à un code-barre, mémorisent les programmes complets propres à chaque client, et que l’information soit transmise d’une machine à l’autre ». Cette numérisation est en cours et produit déjà un bon de livraison final. L’opération suivante prévue pour 2017 sera d’établir le lien avec le service facturation. Bénéfice pour l’entreprise : moins d’erreurs de saisie, gain de temps.

Fil connecté ?

Parallèlement, Charles Deyber réfléchit à un traçage du linge loué à ses clients, un service sous la forme d’abonnement mensuel qui se développe, mais doit être géré avec attention : « Nous nous engageons auprès de nos clients à remplacer le linge abîmé ou qui disparaît a cause de clients indélicats. Par ailleurs, nous savons qu’il faut remplacer le linge au bout de 60 lavages. Disposer d’une puce ou d’un fil connecté dans les serviettes et draps nous permettrait de disposer d’informations sur le linge (sa position géographique, le nombre de lavage, etc), et donc de gérer au mieux notre service ». Les puces étant a priori onéreuses par rapport au prix de location au client, Charles Deyber s’oriente vers la recherche d’une autre application, le fil connecté.

Commentaire de Catherine Aubertin du Pôle Textile Alsace :

« Le fil connecté est une question complexe »

Le Pôle textile Alsace regroupe quelque 50 entreprises, laboratoires et écoles à la pointe de l’innovation textile. Le fil connecté est d’actualité dans plusieurs entreprises, dont SENFA qui a inventé récemment un tissu mural souple pour filtrer les ondes électromagnétiques. « Plusieurs blanchisseries se sont adressées à nos entreprises ou laboratoires R&D parce qu’elles aimeraient tracer le linge de leurs clients. Les obstacles à lever sont nombreux pour les chercheurs, étant donné que le linge est soumis à haute température, pressé pour être repassé et que les divers traitements abimeraient la fibre connectée. C’est un vrai sujet, et un objet de recherche en cours tout à fait passionnant ».


Béatrice Fauroux

BlancTipTop
www.blanctiptop.fr

 

 

La R & D au profit de l’industrie textile: le cas de Velcorex !

Actualité parue dans le numéro spécial « Usages du numérique dans l’entreprise ». Pour lire l’édition intégrale, cliquez ici !


Informations sur l'auteur :

PORTRAIT BEA

Béatrice Fauroux

Fondatrice et rédactrice en chef

Catégorie associée :

Services aux entreprises

Articles qui devraient vous intéresser

Lortek Formation L’expertise du spectacle au service de l’industrie et du bâtiment Etablie au sein d’un pôle d’entreprises dédiées au spectacle, Lortek formation déploie une offre de formations professionnelles notamment en direction...
French Tech Alsace : après le couac, on travaille Strasbourg et Mulhouse ont officiellement lancé leur candidature à la French Tech le 12 juin soir lors d’une soirée en simultané. Cette démarche de la...
Maintenir ses revenus à la retraite Si l’âge limite de la retraite ne va qu’augmenter, il n’en va pas de même pour les revenus eux-mêmes. Le chef d’entreprise peut a priori se retirer qu...
Dossier Formation Continue Le secteur de la formation continue a beaucoup évolué dans les dernières années. Le Gifop-Cahr Formation quant à lui a vécu deux évolutions majeures :...