HMS : les puces qui font parler les machines

HMS, dont le siège est en Suède, est l’un des leaders mondiaux de la communication industrielle. Cette spécialité, encore émergente en France, mais bien implantée en Allemagne, consiste à convertir des protocoles de machines grâce à des composants électroniques qui “traduisent“ leur langage. Explications au siège d’HMS pour les marchés francophones, au Parc des Collines à Mulhouse.

Le périscope, journal économique de Mulhouse et environs : HMS
Marc Richard

Même dans l’univers des automates, on parle plusieurs langages… et ils ne se comprennent pas forcément entre eux. Des entreprises comme Peugeot ou Michelin se sont équipées à des périodes différentes chez plusieurs fournisseurs qui ont fait le choix de protocoles spécifiques. « Le risque est que ces architectures hétérogènes peuvent bloquer un process, voire mettre une usine à l’arrêt, ce qui génère des coûts importants », explique Marc Richard, directeur d’HMS France. Autre risque : le surcroît d’investissement nécessaire pour rendre ces équipements compatibles… D’où la solution des modules de communication HMS, qui supportent la plupart des protocoles industriels présents sur le marché mondial.

Respect des cahiers des charges

« L’intérêt, très bien perçu en Allemagne mais pas encore tout à fait en France, est de pouvoir s’équiper indépendamment des architectures réseau et d’entrer dans l’univers de clients et partenaires partout, en France comme à l’étranger. En un sens, les modules permettent l’élargissement des marchés d’une entreprise », indique Marc Richard. Pour preuve récente, un fabricant français de pinces à souder a pu entrer sur le marché américain, où l’entreprise pouvait répondre au protocole exigé grâce à un module HMS. Car dans le cahier des charges des grands constructeurs, le non-respect d’un protocole exclut d’emblée le candidat. De plus, les modules HMS peuvent, soit intégrer en amont le process de fabrication de la machine, ou être adaptés via un kit spécifique sur des automates existants. La gamme de produits d’HMS comprend deux lignes principales : la marque Anybus qui est aujourd’hui un acteur majeur avec la fourniture de modules interchangeables dédiés aux OEM, de coupleurs de communication pour les intégrateurs et clients finaux et la marque Netbiter, solutions de télégestion clé en main nouvellement introduites sur le marché.

Expertise locale, couverture nationale

La filiale française sise au Parc des Collines répond à toute demande technique, qu’elle provienne d’un client final, du réseau de distribution ou d’un concepteur d’équipement. Ce réseau présent sur tout le territoire s’accompagne d’un programme de partenariat dédié aux intégrateurs et aux fabricants de machines. Pour faire face à son expansion, HMS a recruté un chargé d’affaires “réseau et télégestion“ en 2011 et envisage la création de deux nouveaux postes en 2012.

Béatrice Fauroux

Journal économique de Mulhouse et environs - Le périscope : information économique mulhousienContact HMS Industrial Networks SAS
27 rue Victor Schoelcher, Parc des Collines, Mulhouse
03 68 36 80 34 . www.anybus.frwww.netbiter.com


Informations sur l'auteur :

PORTRAIT BEA

Béatrice Fauroux

Fondatrice et rédactrice en chef

Catégorie associée :

Numérique

Articles qui devraient vous intéresser

Première Place, un spécialiste pour votre stratégie e-marketing Première Place est une agence d’e-marketing située au Parc des Collines à Mulhouse. Elle a été fondée en 2006 par Olivier Zeller et son fils, Morgan. ...
Octonom, la communication innovante Pourquoi parler d’une agence de communication dans une page consacrée aux TIC ? Parce qu’Octonom, département de l’agence Adagio, possède un savoir-fa...
Question 19 : Qu’est-ce qu’un community manager ? La définition là aussi nous a été donnée par Christophe Thil de Blueboat dans un article du Périscope : « Un Community Manager, c’est un professionnel...
Blueboat, l’e-reputation fait son show Le 14 juin a eu lieu une journée complète consacrée à l’e-réputation, initié par l’agence Blueboat. Nous y reviendrons. Mais voici ce que recouvre cet...