Eric Scherer à Mulhouse : les nouvelles technologies impactent tous nos contenus

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Eric Scherer, directeur de la prospective, de la stratégie et des relations internationales à France Télévisions, était présent à Mulhouse le 24 mai dernier, au Club Entreprises et Médias d’Alsace. Au coeur du sujet, les nouvelles technologies et leur impact sur notre consommation de tous les contenus : émissions, musiques, informations… Au-delà, c’est toute une profession : celle de journaliste, qui se trouve bouleversée. Et avec elle tout le secteur de la presse.

Le périscope, articles économiques mulhouse - Eric Scherer

Le web 2.0 a signé la fin des monopoles, puisque ce ne sont plus les médias traditionnels qui font l’information et la culture des publics, ce sont les auditeurs, spectateurs et consommateurs eux-mêmes qui font l’actualité. Aujourd’hui avec la génération du web “ouvert“, il n’y a plus de barrières financières à l’entrée pour créer son média, blog, télé, radio… Conséquence, les grands acteurs du marché « se trouvent menacés par quelqu’un qui est en train de créer un média dans son garage », dixit Eric Scherer. Imprévisibles, foisonnants, les contenus sont désormais créés et partagés à grande échelle par l’audience qui n’est plus passive : elle s’est emparée des outils. « Fini le clergé médiatique, l’écriture se démocratise, chacun devient un média ».

“L’infobésité“

Les conséquences sont multiples ; ainsi la valeur des contenus diminue, on est dans un univers low cost où le modèle économique de la production des contenus est encore introuvable à ce jour. « Le journaliste ne se déplace plus avec son preneur de son et son cameraman, la révolution numérique a balayé cette organisation. L’information peut provenir de partout, elle est omniprésente, il y en a trop, c’est l’infobésité ».

Le “journalisme entrepreneurial“

Dans cette surabondance, le métier de journaliste pourrait évoluer dans un sens plus critique, porteur de sens, avec une vraie expertise sur les sujets. « Puisqu’on trouve l’information partout et que tout le monde la commente, le journaliste pourrait être celui qui vérifie l’information, la hiérarchise, la met en perspective…» Ce journaliste augmenté est aussi invité à devenir un “journaliste entrepreneurial“ qui crée son propre média ! Les freins restent cependant culturels, avec, dans la presse comme dans d’autres secteurs, un vrai déni sur l’évolution des métiers, des blocages face à la culture numérique et une méfiance face aux nouveaux de pouvoir dans l’entreprise que cela implique. « Les médias sont dans la situation de la sidérurgie des années 1960. On ne sait pas ce qui prendra leur place, mais il est certain que l’avenir appartient aux entreprises technologiques… »

Béatrice Fauroux

Journal économique de Mulhouse et environs - Le périscope : information économique mulhousienA lire : “A-t-on encore besoin des journalistes ?“ par Eric Scherer
Manifeste pour un journalisme augmenté, 208 pages aux éditions PUF

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Informations sur l'auteur :

PORTRAIT BEA

Béatrice Fauroux

Fondatrice et rédactrice en chef

Catégorie associée :

Numérique

Articles qui devraient vous intéresser

Comm Design, l’agence de communication à 360° Créée en début d’année par André Sébastien, Comm Design a d’abord été pensée comme une marque avant de s’intituler agence de communication. Constituée...
Première Place pour l’ASPTT Volley ! Olivier Zeller, dirigeant de Première Place, consacrait déjà une partie non négligeable de son temps à suivre les matches de l’ASPTT Volley. Depuis un...
Mulhouse : terre d’innovation sociétale pour les jeunes Récemment a eu lieu à la Fonderie une conférence animée par Patrick Depyl, le directeur de l’engagement sociétal GDF SUEZ. Intitulée “Les Rendez-vous ...
Question 4 : Quelles sont les étapes de fabrication d’un site web ? Luc Olry : avant tout il faut bien appréhender la nature de l’entreprise qui veut travailler avec nous et le domaine dans lequel elle évolue. Il faut ...