L’entreprise Potasse et Produits Chimiques PPC est en pleine croissance

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

En quelque 200 ans, l’entreprise thannoise Potasse et Produits chimiques a passé bien des caps pour maintenir son activité: changement de propriétaires, évolutions technologiques et marchés mondiaux fluctuants. Son secret: elle est restée innovante malgré les tempêtes, en témoigne le récent investissement de 53 M€ dans son unité d’électrolyse ainsi que son ambitieux projet Hydrogène.

PPC, potasse et produits chimiques, chimie, agrochimie
Marc Citoyen et Vincent Gardon

Depuis longtemps, l’entreprise est un acteur majeur dans la chimie du brome. Son activité se répartit aujourd’hui en deux pôles : la chimie fine pour plus de 30 M€ de chiffre d‘affaires. Il s’agit de la chimie d’intermédiaires bromés organiques pour la pharmacie (destinés à la production d’anti-inflammatoires, antiépileptiques, vaso-dilatateurs…) et l’agrochimie. D’autre part, le site de Thann réalise plus de 70 M€ de chiffre d’affaires dans la chimie liée aux dérivés du chlore et de la potasse, dérivés destinés à diverses industries et à des applications telles que le biodiesel, le forage pétrolier, le dégivrage, la fabrication de piles, les fertilisants et l’alimentaire.

PPC, potasse et produits chimiques, chimie, agrochimie
Les 3 électrolyses

PPC, un avenir serein

Il y a 10 ans, le site était destiné à fermer. La société allemande ICIG a repris le site dans une optique de stratégie industrielle, loin des dépeçages trop fréquents lors des grandes reprises d’entreprise. « Notre investisseur est réellement intéressé par notre secteur d’activité, la chimie. En seulement 10 ans, il a constitué un pool impressionnant d’entreprises qui totalisent 6.000 employés et 2 milliards de CA», indique le directeur du site, Vincent Gardon, qui dirige à Thann une usine de 210 personnes.

Entre deux plans de sauvegarde de l’entreprise en 2012 et 2014-15, l’Europe annonçait en 2013 – après plusieurs annonces préliminaires – l’interdiction totale du procédé d’électrolyse à mercure pour des raisons environnementales au 1er janvier 2018. Pour continuer à assurer sa principale activité, les dérivés chlorés et potassiques, PPC a dû envisager la construction d’une nouvelle unité au sein même de l’installation en service depuis plusieurs décennies. U

PPC, potasse et produits chimiques, chimie, agrochimie
Electrolyse

ne vraie révolution à tout point de vue : technologique, humain, avec la nécessité de modifier les postes de travail. « Pour pérenniser l’usine, il fallait mettre le paquet, sinon on arrêtait l’activité. La réglementation nous a poussés à l’innovation et nous avons consacré 6 ans, de la recherche de financement à l’arrêt du mercure, pour mettre en place nos trois unités d’électrolyse à membrane, aidés par quelque 100 intervenants spécialisés », explique Vincent Gardon. Quelque 53 millions d’euros ont été nécessaires pour la mise en place des trois unités d’électrolyse, commandées par ordinateur et qui prennent 4 fois moins de place que l’unité d’origine. Depuis 2016, l’installation est totalement fiabilisée.

Un attachement aux valeurs humaines et environnementales

La nouvelle technologie a de nombreux bénéfices secondaires, puisqu’elle améliore l’hygiène industrielle, la qualité des produits et la sécurité des procédés. Ensuite, un million d’euros par an sont économisés grâce aux gains sur les matières premières. Enfin, les quelque 35 personnes qui travaillent sur l’électrolyse ont tous évolué positivement dans leurs fonctions. « Ce projet va nous ouvrir de nouveaux marchés, en effet notre préoccupation est de pérenniser l’activité. Notre présence à Thann est séculaire et PPC porte une responsabilité sociétale dans son environnement. De nombreuses générations se sont succédées dans l’entreprise et l’attachement à PPC reste fort, c’est un atout formidable», conclut Vincent Gardon.

PPC, potasse et produits chimiques, chimie, agrochimie
Centre de contrôle des électrolyses

Projet Hydrogène, pour une mobilité sans carbone

Potasse et Produits Chimiques travaille sur la valorisation de sa production dite “fatale” d’hydrogène, issue de l’électrolyse de l’eau. Ce projet est porté par Marc Citoyen, Responsable des projets stratégiques. Pas moins de 1.200 tonnes d’hydrogène sont produites par an, dont 350 tonnes non utilisées partent dans l’atmosphère (sans impact sur l’environnement). Or il pourrait être réutilisé sous la forme de gaz “vert”(par méthanation) ou pour les batteries des véhicules à hydrogène.

PPC, potasse et produits chimiques, chimie, agrochimiePPC a été retenu dans le cadre de l’appel à projets Grand Est Economie Circulaire, et cette nouvelle aventure qui associe de nombreux partenaires institutionnels a été labellisé le 3 novembre dernier “Territoire Hydrogène”, une initiative du Ministère de l’Environnement.

Béatrice Fauroux

Potasse et Produits Chimiques SAS 
95 rue du Général de Gaulle à Thann 
03 89 38 46 00 
www.weylchem.com

 

 

Pour découvrir tous les « Portrait du mois », cliquez ici.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Informations sur l'auteur :

20131130_152152

Sarah Meliani

Rédactrice

Catégorie associée :

Le Portrait du Mois

Articles qui devraient vous intéresser

Les coups de coeur 2015 du Périscope: Weleda Créé en 1921 sur l’impulsion du philosophe Rudolf Steiner et du médecin Ita Weigman, Weleda s’est installé à Saint-Louis en 1924. Aujourd’hui à Huning...
Holcim Altkirch, producteur de ciment Fondé en 1912, le groupe Holcim a fusionné avec Lafarge en 2015. Leader mondial des matériaux de construction, le groupe est très implanté dans la rég...
Clemessy Motors, un métier d’experts Clemessy Motors est la filiale de Clemessy, elle-même filiale de la branche énergie d’Eiffage. Son métier est de réparer, construire, réviser, optimis...