L’une de Voies : Démondialiser l’économie

Le philsophe Edgar Morin, dans son livre “La Voie“ dresse un constat sévère de nos sociétés occidentales, qui ont l’illusion de croire que le salut de tous viendra avec la croissance illimitée, alors qu’elle va dans le mur… avec un modèle dont on voit tous les jours les limites, sur les plans environnemental, économique et humain. S’il juge la mondialisation positive, en cela qu’elle peut créer la conscience d’une communauté de destins (tous les êtres humains ont les mêmes aspirations et les mêmes responsabilités), il prône le « développement du local dans le global », soit la démondialisation…

Démondialisation ne signifie pas décroissance ; dans son esprit, démondialiser c’est relocaliser l’économie ; en vrac, revitaliser les campagnes, avec des commerces et des services publics de proximité, valoriser les ressources immatérielles et matérielles locales, les liens entre les entreprises, encourager l’agriculture maraîchère péri-urbaine, le tout dans un contexte de démocratie participative et création de liens solidaires.

Voilà un langage qui nous parle, à l’heure où des personnes qui travaillent chez Peugeot subissent dans leur quotidien les conséquences… du tsunami au Japon. D’accord, le raccourci est facile, mais on ne peut s’empêcher de mesurer l’écart entre les convictions de plusieurs penseurs actuels, et notre terre et ses pouvoirs politiques dépassés par les excès du capitalisme. Mais, comme le dit Edgar Morin, qui observe aussi que le monde grouille d’initiatives écologiques et solidaires, « l’expérience de l’histoire nous montre que l’improbable bénéfique peut arriver »…


Informations sur l'auteur :

PORTRAIT BEA

Béatrice Fauroux

Fondatrice et rédactrice en chef

Catégorie associée :

Editos