Edito: Quel avenir pour nos jeunes ?

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

On peut légitimement se poser la question de l’avenir des 15-25 ans – pour certains, ce sont nos enfants -, lorsqu’on voit le présent.  C’est facile de dire que c’était mieux avant, mais avouons que la société des années 70 à 90 était plus joyeuse et plus riche de perspectives que celle d’aujourd’hui.

Entre chômage, filières bouchées (ou ultra-sélectives), nature détériorée, politiques indigents et ambiance anxiogène (attentats…), les jeunes n’ont pas de quoi rêver, d’autant que la société ne leur dit rien. Pas d’idéal, de message, de valeurs, de grand dessein. Juste consommer… alors que notre société est à réinventer.

Leur liberté est grande… mais leur marge de manoeuvre est étroite. Créateurs de startups, acteurs du circuit court, cuisiniers ou scientifiques, ils réinventent des métiers, cherchent à innover, tout en préservant leur vie privée. Ils voyagent plus que nous, s’imaginent ailleurs, créent des entreprises qui ne visent pas que le gain financier. Où que nous soyons, quels que soient nos moyens, aidons-les : ils le méritent !

Béatrice Fauroux

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

Informations sur l'auteur :

20131130_152152

Sarah Meliani

Rédactrice

Catégorie associée :

Editos

Articles qui devraient vous intéresser

Pourquoi travailler autrement ? Le travail mobile, le télétravail ou à distance font l’objet d’un colloque le 26 septembre à Colmar, et les entreprises sont incitées à tester de nouv...
Un numéro consacré aux Femmes ! Vendredi 8 mars, Journée de la Femme, est paru en ligne ce numéro où nous faisons la part belle aux femmes qui font avancer les entreprises et l’écono...
Mettre son esprit en vacances Même si on s’accorde peu de vacances - 2 voire 3 semaines pour les plus chanceux d’entre nous, parce qu’il faut finir les dossiers avant… et préparer ...
"Des vacances bien méritées" "Des vacances bien méritées", c’est le « marronnier » - comme on dit dans la presse - des fins de mois de juin, car le sujet qui revient comme une pen...