Biscuitier artisanal installé à Muespach, Sébastien Guellec lance un appel à solidarité pour se développer

Sébastien Guellec s’est lancé dans l’aventure entrepreneuriale fin 2019 en créant sa biscuiterie artisanale, Toqué du Biscuit. A Muespach, il revalorise les drêches de brasserie en crackers maison. Il aimerait aujourd’hui développer sa petite entreprise. Pour y arriver, l’entrepreneur a lancé un financement participatif. La cagnotte est ouverte jusqu’au 30 avril.

Arrivé dans la région en 2011, il est le plus Alsacien des Bretons. « J’aurais pu reprendre la crêperie familiale mais j’avais envie de revenir à la cuisine traditionnelle », se souvient Sébastien Guellec. Embauché par l’Auberge Sundgauvienne à Carspach, c’est ainsi que débute son histoire d’amour avec l’Alsace. «Je suis venu pour travailler, et puis j’ai rencontré ma femme, Estelle. Je suis resté par amour », sourit-il. Sébastien Guellec n’a pas eu de problème d’adaptation à sa nouvelle région. ” L’Alsacien et le Breton sont similaires. Ils sont tous deux travailleurs, ils ont la tête dure, du caractère et ils se montrent un brin chauvin aussi.”

Transformer la drêche de houblon en crackers salé
Mais l’envie d’entreprendre ne le quitte jamais vraiment. Naît alors l’idée de valoriser la drêche de brasserie pour en faire des crackers apéro. Ces ‘’déchets’’, il les récupèrent auprès de trois microbrasserie: la brasserie Radwulf à Ferrette, la brasserie artisanale des Quatre Pays à Hirtzbach et la brasserie G’sundgo à Eschentzwiller. Sa recette salée de ‘’Mous’Stick’’ se décline aujourd’hui en trois goûts : nature, paprika et curcuma. La drêche reste pauvre en glucides mais riche en protéines et en fibres. Sébastien Guellec n’en n’oublie pas moins ses origines avec ses biscuits sucrés: les sablés bretons, le kouign amann ou encore les gâteaux bretons fourrés aux fruits du moment ou nature. Là aussi, ses matières premières sont le plus locales possibles. « Mes farines viennent du Moulin Herzog à Illhaeusern, mes oeufs de Roppentzwiller, le beurre de la fromagerie Lehmann installée à Vieux-Charmont en Franche Comté. »

Un financement participatif pour passer à la vitesse supérieure
Les gourmandises de Sébastien Guellec sont distribuées par l’intermédiaire de 14 partenaires revendeurs situés à moins de 100km de son local de production, à Muespach. A sa création, fin 2019, l’artisan investit près de 6 000 euros. Son objectif est aujourd’hui de développer son entreprise. Il a fait le choix de lancer un financement participatif avec une cagnotte de départ à 5 500 euros. Un budget pour acheter du matériel plus performant mais aussi pour préparer sa certification bio.

Les contreparties en juillet
Preuve que la solidarité fait son chemin… Deux semaines après le lancement de cette cagnotte participative, Sébastien Guellec casse son laminoir. « Il est complètement parti en lambeaux! Mais j’ai eu beaucoup de chance. Un ancien traiteur de Raedersdorf, aujourd’hui à la retraite, m’a proposé le sien. La boulangerie de Muespach m’a proposé d’étaler la pâte chez eux, en attendant. Malgré le contexte actuel, j’ai vécu un bel élan de solidarité, cela fait chaud au coeur. » Ce lundi 26 avril, la cagnotte Toqué du Biscuit bénéficiait de l’apport de 98 contributeurs. « Parmi eux, des partenaires professionnels, de la famille d’Alsace, de Bretagne, des amis, des clients fidèles mais aussi de parfaits inconnus. Je n’ai qu’une hâte, c’est d’être en juillet pour remettre les contreparties! »

Emilie Jafrate

sebastien.guellec10@orange.fr
Facebook: Toqué du Biscuit

Lien vers la cagnotte Kiss Kiss Bank Bank: https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/toque-du-biscuit-bf8b0240-73a2-4f57-aac5-5724e96d4f28


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste

Catégorie associée :

Actualités