La bonne étiquette pour l’Imprimerie centrale

L’univers des imprimeurs est bouleversé depuis quelques années. Certains ont disparu, d’autres se sont lancés dans de l’hyperspécialisation. L’Imprimerie Centrale de Mulhouse a choisi de s’associer sur un marché très concurrentiel et de développer ses offres autour de l’étiquette.

Concurrence d’internet
Certes, une carte de visite ou un papier entête sera toujours un signe distinctif pour une société ou un particulier qui souhaite se faire connaître. Mais beaucoup de ces particuliers se sont détournés de fournisseurs officiels et commandent en ligne sur des sites dédiés. Pour l’étiquette, il faut encore en passer par le professionnel. Une étiquette sur une bouteille de vin, sur une boîte de chocolat fait souvent la différence. Fort de ce constat Robert Tschaen a progressivement réorienté son travail d’imprimeur.

Un regroupement nécessaire
Comme le rappelle Pascale De Franceschi, la commerciale de l’entreprise, « il y a toujours les brochures, les catalogues, calendriers, papiers entêtes, cartes de visite, carnets et liasses, mais aujourd’hui nous sommes spécialisés dans l’étiquette ». Une orientation qui était devenue presque une nécessité, sachant que le secteur est en pleine mutation. « Il y a trois ans, nous avons effectivement fait le constat d’un marché en perte de vitesse avec des clients historiques qui n’étaient plus là et des commandes moins régulières. On est passé sur de la petite série. La première grande réflexion, c’était de se demander comment faire face à cette crise. La solution était le regroupement ».

Des économies d’échelle
Aujourd’hui, l’Imprimerie Centrale s’est rapprochée de Lefranc à Munster et Grai à Colmar. Chacun a conservé sa structure juridique, mais ils ont mis en place un actionnariat croisé permettant l’utilisation de l’équipement. Chacun a mis à disposition ses meilleurs outils sur le site de Colmar où sont concentrés plus de trente salariés. « L’union fait la force. Ce mode de fonctionnement permet de réaliser des économies d’échelle et d’utiliser pleinement les équipements. Sans cette mise en commun de nos moyens, nous ne serions peut-être plus là aujourd’hui », analyse Robert Tschaen.

Un marché en évolution constante
L’Imprimerie réalise un chiffre d’affaires de 400 000 € et le marché de l’étiquette ouvre de nouvelles perspectives. « L’étiquette demande un savoir-faire qui est totalement différent du travail habituel. Les colles ne sont pas les mêmes. Il y a des étiquettes alu, papier, qui doivent résister au froid, au chaud, à la congélation, à l’humidité. C’est un métier dans le métier et il a fallu réapprendre ». Mais Robert Tschaen est lucide, « ce marché va encore bouger. Nous ne sommes plus là pour fournir de simples imprimés. Nous vendons du service et cette spécificité ne se retrouve pas sur les sites de ventes par internet. Nous ne sommes pas un service en ligne ».

Pierre Alain

Imprimerie centrale Mulhouse
32 rue Brustlein, Mulhouse
03 89 42 01 15
www.icprinter.com


Informations sur l'auteur :

picto_periscope

Le Périscope

Catégories associées :

Le Journal Services aux entreprises