Thierry Gomot, médiateur de crédit, à l’écoute des chefs d’entreprise

Il est arrivé à Mulhouse en novembre 2018. Thierry Gomot est le nouveau directeur départemental de la Banque de France. Médiateur de crédit, il est là pour aider les entrepreneurs plongés dans la tourmente. Entretien.

– Thierry Gomot, vous êtes arrivé à Mulhouse en novembre 2018 en tant que directeur départemental de la Banque de France. Quelles sont les particularités de ce poste?
– Le poste était intéressant par rapport au bassin d’entreprise qu’offre le secteur. Il y a deux centres de surendettement pour toute l’Alsace. A Mulhouse et à Colmar. Mais je ne suis pas seul! Nous sommes une trentaine de personnes à Mulhouse, une vingtaine à Colmar. Six personnes sont dédiées au service des entreprises. Ici, le bassin est incroyable. La rencontre avec les entreprises fait partie de notre ADN. Notre rôle est de leur attribuer des cotations mais aussi de leur fournir une aide à la médiation du crédit lorsque cela va mal.

– Pouvez vous nous expliquer en quoi consiste la médiation du crédit?
– Elle a été créée après la crise de 2008. C’est la possibilité de saisir le médiateur départemental que je suis lorsqu’il y a un refus de crédit ou une dénonciation du concours bancaire. Notre rôle est d’empêcher le dépôt de bilan.

– Comment cela se passe-t-il concrètement?
– On se retrouve tous autour d’une table: chef d’entreprise, banquiers et moi. Le but est de réunir tout le monde et de faire le point pour que l’activité continue, que l’entreprise ne soit pas étouffée. Les banquiers jouent complètement le jeu de la médiation du crédit. Souvent les dirigeants s’en font une montagne. Nous, nous lui montrons que ce qu’il dit est important. L’écoute leur fait du bien. La communication et la transparence sont deux clés essentielles.

– Comment démarre-t-on le processus?
– Le point d’entrée est notre correspondante TPE du département, Marie-Claire Staquet. Chaque TPE qui rencontre un problème peut venir nous voir. Jamais, nous ne laisserons un dirigeant dans l’embarras. Nous sommes là pour écouter, orienter, et trouver des solutions. Nous les recevons ici, à la Banque de France. Il ne faut pas oublier que nous sommes une Institution de la République, au service des Français, tous les Français, et un service public de confiance.

– Vous avez également évoqué une mission de cotation. Comment cela fonctionne-t-il?
– Nous sommes sur le terrain, nous rencontrons des entreprises, quasi quotidiennement. Nous prenons leurs comptes pour comprendre qui elles sont. Si la cotation est mauvaise, nous expliquons pourquoi et nous leur faisons état de la marge de manœuvre dont elles disposent. C’est l’une de nos missions fondamentales. Nous avons une légitimité par notre neutralité. 

– Comment évoluent vos missions?
– L’éducation financière fait partie de nos nouvelles missions. Nous avons été nommés opérateurs par l’Etat pour informer tout un tas de publics sur l’économique et le financier. Nous montrons comment doit être un bilan et nous donnons également les éléments de décryptage de la situation financière. L’idée est de mieux comprendre pour mieux agir.

– Une mission que vous menez de façon ludique…
– Nous avons mis au point un jeu: Aventure Entrepreneur. Il a été mis au point il y a deux ans. Ce sont des parties accompagnées par du personnel de la Banque de France. Nous mettons plusieurs entrepreneurs autour de la table. Au fil du jeu, ils découvrent l’impact de chacune de leurs décisions sur leur bilan comptable et leur trésorerie. Ce sont des moments organisés avec des entreprises ou fédérations d’entreprises.

– Quel regard avez vous sur le bassin économique du Haut-Rhin? Comment se porte-t-il?
– Les entreprises disposent de beaux bilans, bien capitalisés. L’endettement est faible et cela est très marqué. Le bassin économique du Haut-Rhin est de bonne qualité. On fait attention, on prévoit.

Propos recueillis par Emilie Jafrate

Pour toute question ou renseignement:
mesquestionsdentrepreneur.fr
Correspondante TPE Haut-Rhin:
Marie-Claire Staquet
03 89 66 94 70


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste