Thierry Boltz, 27 ans d’enseignes U menés avec passion

Sa carrière, il la mène avec passion sous l’enseigne U depuis 27 ans. Une enseigne qui permet à Thierry Boltz, en 2000, de démarrer une belle aventure à la tête du Hyper U Sierentz. 2021 marque la naissance d’un nouveau projet d’envergure.

Il a dû patienter sept ans pour voir ce projet se concrétiser… Le 13 octobre, Thierry Boltz ouvrira les portes d’un nouveau magasin. C’est un Super U de 3 800m2 qui vient de sortir de terre à Huningue, juste avant le pont du Rhin en direction de Lörrach. « Nous sommes à 3km de Bâle, à 1,5km de Lörrach, sur un axe passant, avec un positionnement très nouveau. Nous accentuons l’alimentaire pour une clientèle suisse et allemande. C’est un vrai pari !» Cent personnes ont été embauchées dans cette nouvelle aventure. Dans les effectifs de Sierentz ces six dernières années, Grégory Schlauder est à la direction du magasin huninguois. « C’est vrai que nous avons vécu sept ans de bras de fer mais à l’époque du premier dossier, Huningue, c’était 4 500 habitants. Aujourd’hui, ils sont 10 000! » L’inauguration officielle se fera courant novembre.

2000, le début d’une belle histoire à Sierentz
Issu d’une famille de commerçants, Thierry Boltz a toujours eu cette fibre en lui. Après un BTS en action commerciale, il revient dans l’épicerie familiale pour aider ses parents avant de démarrer son histoire avec l’enseigne U. Il fait ses premières armes à la centrale System U de Mulhouse. « J’ai monté mon premier magasin. Je n’ai pas vraiment su ce qui m’arrivait, sourit-il. Mais le métier est vite rentré. J’ai ensuite repris le Super U de Brunstatt. J’ai appris en marchant. Dans nos magasins, nous avons chacun un rôle à jouer. En 2000, j’ai repris Sierentz. C’était le début d’une belle histoire. La passation avec mon prédécesseur s’est fait dans la sérénité. » Ce magasin, Thierry Boltz le développe au fil des années. Il y fait la part belle aux producteurs locaux, pour le plus grand plaisir de sa clientèle.

Une galerie d’exposition pour les artistes
De 1 800m2 de surface de vente, il créé un tout nouveau magasin, construit de A à Z. Sa surface de vente est désormais de 6 500m2 avec de nombreux services développés autour. En 2012, Thierry Boltz accueille des boutiques dans sa galerie marchande. Le rachat de Jardiland et du Garage Peugeot lui permet de proposer de la location de véhicules, couronné de succès. De 15 véhicules au départ, la flotte s’étoffe. Aujourd’hui, 135 véhicules circulent en permanence. Une équipe de cinq collaborateurs y est dédiée. Homme de paris, Thierry Boltz ouvre également un service drive de 1 500m2. « Nous sommes l’un des plus gros drives U de la Région et nous rentrons dans nos chiffres. » Cette année, il réserve l’espace laissé libre par Poulaillon à une galerie d’exposition dédié aux artistes.

« Eclatez-vous, osez, soyez créatifs! »
Thierry Boltz fonctionne à l’intuition. « Eclatez-vous, osez, soyez créatifs ! C’est ce que je dis tous les jours à mon encadrement. Je leur laisse de l’autonomie. » Le Président met un point d’honneur à pratiquer un management humain. Les problèmes, il les règle autour d’un café. « Dès que cela picote, il faut y aller. C’est ce que je répète régulièrement à mon directeur de Sierentz, Julien Gronnier. Je suis très proche de mes équipes. » Une équipe composée de 235 personnes à Sierentz. « C’est un métier dans lequel il faut beaucoup d’empathie et de respect. Pour ses collaborateurs et pour ses clients. »

De l’indépendance et du partage d’expérience
Organisé en coopérative, les différents dirigeants se réunissent régulièrement pour échanger et partager leurs expériences. « Nous sommes indépendants. Nous faisons ce que nous voulons dans nos magasins et cela, ça vaut de l’or. Nous nous entraidons également beaucoup. Nous menons des opérations communes avec nos collègues. »

Emilie Jafrate

Hyper U et Drive
1é, rue du Capitaine Dreyfus – 68 510 Sierentz
03 89 83 99 00
Facebook : Hyper U Sierentz


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste

Catégories associées :

Actualités Commerces Le Journal