Sing Cuisine Indienne, l’hommage d’Antonitta-Vinushini Vaz pour l’art culinaire paternel

En créant son propre restaurant, c’est le rêve de son papa, Rajasingham Arumugam , qu’ont voulu réaliser Antonitta-Vinushini Vaz, avec la complicité de son mari Vernon Vaz. L’établissement a ouvert ses portes au cœur de Lutterbach le 14 janvier 2021.

La générosité, telle est la règle de la cuisine indienne. « Nous ne savons absolument pas nous réunir autour d’un simple thé ou d’un café, sourit Antonitta-Vinushini Vaz, que tout le monde connaît désormais sous le diminutif de ‘’Vinu’’. D’ailleurs, nous sommes réputés pour la générosité de nos quantités auprès des Européens. » Et Sing Cuisine Indienne ne fait pas exception !

Un précieux savoir-faire à perpétuer

Bien plus qu’un restaurant indien, cet établissement familial est un hommage. Celui d’une fille à son père. « Le grand regret de papa est qu’aucun de ses enfants n’aie pris la relève en cuisine. J’ai toujours culpabilisé. J’aurais aimé suivre ses pas mais avec l’arrivée des enfants, ce n’était pas possible… J’ai aussi à cœur de ne pas perdre tout son savoir-faire.» Rajasingham, c’est une expérience de 40 années dans la restauration. Il était chef cuisinier sur des bateaux pendant de longues années, avant de rejoindre des établissements mulhousiens. Sa dernière expérience s’est terminée par un licenciement économique. « Dada a alors décroché un job à l’usine mais il a toujours continué de proposer des plats pour des événements familiaux, ainsi que des petits plats pour les collègues. »

Sing Cuisine Indienne, la concrétisation d’un rêve

Et puis le Covid est arrivé et a accéléré les choses… Par sa réputation sur les réseaux sociaux – animés par Vinu, le réseau de clients s’est agrandi et le travail a demandé de plus en plus de temps en cuisine. « Il était temps de songer à quelque chose de plus concret ! » C’est ainsi que naît Sing Cuisine Indienne, au cœur de Lutterbach. « C’est une discussion que nous avons eu à trois, mon papa, mon mari et moi. Ils m’ont encouragée. Pendant le premier confinement, j’ai aidé papa en partageant ses recettes sur les réseaux et cela lui a créé une petite vitrine. » L’aventure débute ainsi en janvier 2021. Rajasingham œuvre en cuisine, Vernon assiste son beau-père ainsi que les stocks et la comptabilité. Vinu, elle, est en lien direct avec les clients et assure le service en salle et en terrasse. Mais voilà, le Covid s’est invité à la fête et Sing est tombé malade. Un coup dur pour l’établissement qui a fermé ses portes pendant un mois, en août. « Nous avons repris avec un salarié qui a appris la cuisine aux côtés de papa. Papa, lui, était en réanimation. » Un paramètre qui explique aussi le choix d’une ouverture, pour l’heure, uniquement en soirée. Sur place ou à emporter.

Le Sri-Lanka à l’honneur

La maison propose des classiques de la cuisine indienne, mais aussi des spécialités du Sri-Lanka, un honneur aux origines familiales. Côté entrées, le rolls – rouleau pané farcie de pommes de terre, bœufs et épices indiennes- est ainsi devenu un best-seller. L’incontournable met sri-lankais reste le Kothu rotti version bœuf ou légumes, dont certains clients ne peuvent déjà plus se passer. La patte de la maison, c’est aussi le Devil, composé de viande sautée aux épices, ail, gingembre, oignons et poivrons, caramélisé à la sauce soja, en version filet de poulet, bœuf ou crevettes. Un plat consommé les soirs de fêtes au Sri-Lanka. Le chef Sing a également sa propre création : le Sing C’Wings. « En fait, tout a commencé comme ça. Papa en avait fait pour l’anniversaire de mon frère. Nous étions 50 personnes. Aujourd’hui, il ne se passe pas un service sans que nous n’en vendions. »

Un voyage gustatif au cœur de l’Inde adapté aux entreprises

Cette nouvelle maison familiale va connaître de nombreux changements dans les temps à venir. À commencer par sa décoration, avec l’arrivée d’une vaisselle en provenance d’Inde. Une carte de cocktails typiquement indiens devrait également arriver. Vinu vient d’élargir ses horaires avec une ouverture le midi de 11h30 à 14h sur place ou à emporter du mardi au samedi. Horaires qui s’ajoutent aux services du soir, du mardi au jeudi de 18h30 à 21h30, vendredi et samedi jusqu’à 22h. Habitué aux grands repas de famille, et aux événements de la vie, Sing Cuisine Indienne répond également à toute demande d’entreprise ayant une envie de voyage gustatif au cœur de l’Inde.

Emilie Jafrate

Sing Cuisine Indienne

51 rue du Général de Gaulle, Lutterbach y

07 52 71 52 68

Sur place ou à emporter

singcuisine@gmail.com

Sing cuisine indienne


Informations sur l'auteur :

picto_periscope

Le Périscope

Catégories associées :

Actualités Le Journal Restauration