NoMad – Bar & Kitchen, le défi réussi et “pas si fou” de Laurent Mathieu au cœur du quartier Fonderie

Chacun de ses établissements correspond à une étape de sa vie. Le NoMad est la dernière aventure en date de Laurent Mathieu, 35 ans de restauration à son actif. Le patron a mis 12 ans à ouvrir ce lieu de vie désormais incontournable à Mulhouse, au cœur du quartier Fonderie.

Le NoMad a presque retrouvé son rythme de croisière, depuis l’ouverture de sa terrasse de 160 places le 19 mai dernier. Et pour conserver cette philosophie de spontanéité, le patron a coupé la poire en deux en proposant une réservation pour 50% des places et la règle du “premier arrivé, premier servi” pour l’autre moitié. Il a également adapté ses horaires au couvre feu et aux caprices de la météo, assurant une ouverture à partir de 16h30 le lundi, un service le midi et un moment afterwork entre 17h et 20h30 du mardi au samedi dans un premier temps et un petit déjeuner servi à la carte entre 10h et 14h le dimanche. Le dernier lunch a été annoncé pour le 11 juin avant un retour à un fonctionnement normal et une ouverture de 17h à 1h du lundi au samedi.


« Nous avions la chance de bien travailler avant. Il n’y avait pas de raison de ne pas retrouver cet engouement-là »
Incontournable dans le paysage mulhousien, le NoMad n’a pas eu de mal à redémarrer. Cette ouverture, Laurent Mathieu l’attendait avec impatience et une pointe d’appréhension. « J’ai envie de revenir à la liberté d’il y a deux ans, loin de cette morosité, des masques et des espacements. En 2020, la réouverture avait été compliquée, surtout sur la fin. Nous devions refuser des grandes tables pour rester dans la légalité. » De fin octobre à ce fameux 19 mai, le NoMad est resté silencieux. « Sur les 14 derniers mois, nous avons été ouverts 5 mois avec un bel été et fermé 9 mois. À la fermeture, nous pensions garder le lien et fonctionner avec des brunchs mais cela ne convient pas à notre philosophie. Le succès était au rendez-vous, mais ce n’est franchement pas notre credo. Le NoMad est un lieu de vie, de rencontres, de partages. » Le patron n’a, en revanche, jamais eu d’inquiétude quant au retour de sa clientèle. « Nous avions la chance de bien travailler avant. Il n’y avait pas de raison de ne pas retrouver cet engouement-là. » Et il ne s’est pas trompé.


Un homme de projet
Mulhouse centre-ville est déjà marqué de la patte de Laurent Mathieu. En 35 ans de restauration, il s’est toujours donné pour mission la création d’espaces de convivialité. Le patron y a ainsi ouvert des lieux emblématiques comme le Leffe, la Cant’In ou le Carré. Son projet de NoMad, côté Fonderie, lui, faisait figure de projet fou. « Je voulais créer un restaurant dans un bâtiment ancré dans le patrimoine mulhousien, se souvient le patron. Et ce vieux bâtiment en briques rouges de la SACM (Société Alsacienne de Constructions Mécaniques) est typique des grandes villes industrielles. C’est un endroit dans lequel je me sens bien comme cela m’est rarement arrivé. » Un bâtiment fermé pendant 25 ans auquel Laurent Mathieu a redonné vie. Il lui aura fallu 12 ans pour mener son projet à bien. « Au départ, j’appréhendais de savoir si les gens arriveraient jusqu’à nous. Au final, je n’ai pas eu tort. C’est un quartier qui a connu une belle évolution. » Et le NoMad est désormais entouré du Campus de la Fonderie et le KM0, la Cité du Numérique.


À l’écoute des envies des clients
« Mais le NoMad ce n’est pas moi, tient-il à souligner. Ce sont des hommes et des femmes. Je peux compter sur mes deux co-responsables, Jonathan Deluque et Dora Kacem. Ils contribuent à notre réussite et au succès que nous rencontrons. Nous, entrepreneurs, nous ne sommes qu’une étincelle, nous prenons les risques, mais les équipes insufflent l’esprit. » En 2018, Laurent Mathieu est reparti avec une équipe à construire. Ils sont une quinzaine à œuvrer au cœur du NoMad. L’esprit y est léger, convivial, chaleureux. Un esprit qui a conquis le cœur des Mulhousiens et d’ailleurs. Pendant tous ces mois d’arrêt, l’homme de projet a travaillé à ses nouvelles cartes, à la recherche de nouveaux plats et de nouveaux cocktails. « On n’invente rien, mais nous sommes curieux de tout. Notre ADN, c’est aussi et surtout d’être à l’écoute des envies de nos clients. » Les assiettes, tendances, faites de produits locaux, bio et de saison, restent la marque de fabrique de la maison. Et preuve que les lieux ont manqué… En avril déjà, Laurent Mathieu recevait ses premiers mails de réservation pour sa première soirée d’ouverture complète.


Emilie Jafrate


NoMad – Bar & Kitchen
28B rue François Spoerry – Mulhouse
03 89 43 63 40
nomadmulhouse@orange.fr
www.nomadcafe.fr
Facebook : NoMad – Bar & Kitchen


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste

Catégories associées :

Actualités Le Journal