Maison Obal, du textile local au service d’artistes français

Leur aventure avait débuté en 2020 avec leur marque OLesMasques. En
2021, il leur a fallu rebondir… Jean-Michaël Peinchina et son binôme
Chloé Fernagut ont alors créé une gamme de produits textiles estampillée 100% française. À travers leur nouvelle marque Maison Obal, les deux associés mettent à l’honneur des artistes français.

Après OléMasques en 2020, place désormais à Maison Obal. Une marque créée par Jean-Michaël Peinchina et Chloé Fernagut en 2021 qui poursuivent ainsi leur aventure en duo. « Nous nous doutions que les masques ne seraient pas une entreprise pérenne, se souvient Jean-Michaël
Peinchina Ils ont bien fonctionné jusqu’en février, après les soldes. » Et puis les ventes se sont arrêtées du jour au lendemain. Malgré leurs 1 000km
d’écart (Chloé Farragut vit dans le Tarn, ndlr), le binôme a pris le temps de la réflexion. « Nous nous sommes questionnés sur les produits à proposer.
Nous travaillions déjà avec Colorathur. Leurs produits – coussins, vide-poche, trousses, tote bags – se sont tout naturellement imposés à nous, avec
pas mal de nouvelles possibilités à exploiter. »

Une production entre Paris et l’Alsace

Le duo a alors exploré l’habillement avec la sortie d’un t-shirt 100% français et toutes les difficultés que cela engendre. « Produire français à un coût raisonnable est vraiment compliqué ! Nous avons réalisé tout un travail de recherches et de sourcing de prix pour trouver un partenaire. » Le textile signé Maison Obal est aujourd’hui produit du côté de Bobigny pour son habillement, dans la vallée de Thann en ce qui concerne l’impression
et la confection des tissus utilisés pour les autres créations de la gamme.

Engagé auprès des artistes mulhousiens

La première collection de textile design est née en décembre 2021. Jean-Michaël et Chloé ont choisi d’associer à nouveau des artistes à leur aventure entrepreneuriale. Déjà associé à l’aventure Olé Masques, Pierre Fraenkel est à nouveau de l’aventure et pose ses mots sur les t-shirts de la marque. Le contingent s’est étoffé avec Hugues Baum et Fernand Kayserl. Sylvie Kromer, Fanny Delqué ou encore l’atelier Wac de Christine Wolf, elles, ont habillé les différents accessoires de leurs motifs colorés. Le Parisien BishopParigo s’est également associé à Maison Obal. La marque a signé une licence pour développer des produits à destination du Parc du Petit Prince. « Notre envie est d’aller plus loin encore avec nos artistes en participant par exemple à des salons professionnels à destination du grand public, comme Maison et Objets à Colmar. » Les envies ne manquent pas. Et ce collectif d’artistes regroupés sous Maison Obal tend à s’étoffer. « Idéalement, nous
aimerions n’avoir aucun critère, si ce n’est celui de la qualité. Nous souhaitons représenter des artistes déjà engagés dans une démarche professionnelle, des artistes confirmés qui vivent de leurs créations. »

Un modèle économique respectueux et vertueux

Economiquement parlant, Jean-Michaël Peinchina et Chloé Fernagut ont fait le choix d’endosser davantage de risques. « Nous nous inscrivons dans une démarche vertueuse qui respecte tout le monde, de nos artistes au consommateur, en passant par nos partenaires. Tout le monde gagne la même chose. » Le champ des possibles s’ouvre désormais à eux. À venir ces prochaines semaines, les premiers sweat-shirts signés Maison Obal. Le textile est déclinable à l’infini, de la nappe à l’abat-jour en passant par des parapluies ou encore du papier peint. Maison Obal a pour ambition de devenir une véritable référence dans la commercialisation de créations artistiques.

Emilie Jafrate

Maison Obal

2 rue de la Sinne, Mulhouse

06 13 93 65 40

maison-obal.fr

Maison Obal


Informations sur l'auteur :

picto_periscope

Le Périscope

Catégories associées :

Actualités Le Journal Textile