Maison Kurtos, une gourmandise hongroise importée et élaborée en Alsace par Basile Bedelek

Basile Bedelek a pris le pari de faire du Kurtos une institution, en Alsace. Une brioche hongroise qu’il a découvert à l’occasion de six mois de stage réalisé à l’étranger dans le cadre de ses études. Il a fait de son coup de cœur une aventure entrepreneuriale et une marque : Maison Kurtos.

Le Kurtos est une brioche cylindrique, croustillante à l’extérieur et moelleuse à l’intérieur. Une gourmandise qu’il est possible de décliner à l’infini, en version salée aussi bien que sucrée. En stage pendant six mois à Budapest dans le cadre de ses études de commerce, Basile Bedelek revient en Alsace et met au point sa propre recette. En 2018, il déniche un four authentique qui lui vaut un aller/retour jusqu’à Valenciennes. Il teste ensuite une trentaine de recettes différentes avant d’arriver à LA recette idéale. Une recette qu’il continue de peaufiner pour en varier les versions.

Un CAP de pâtissier en candidat libre
Ses matières premières sont choisies avec soin. Sa farine, ses levures et ses graines viennent du Moulin de Rosenau, ses fruits et légumes, de saison, du marché et ses produits laitiers d’Alsace Lait. « J’ai choisi le chocolat de Valrhona, mon caramel vient de Normandie et le sucre d’Erstein. J’essaie de créer de nouvelles recettes en variant ce que l’on peut mettre dedans ou autour et d’améliorer, constamment, mon Kurtos. Je travaille sur un défi fraîcheur… J’aimerais qu’il puisse se conserver plus longtemps. Il tient aujourd’hui 24h. On peut le réchauffer au four 2 minutes à 180°. » En parallèle de ses tests, il poursuit ses études de commerce qui le mènent jusqu’aux Etats-Unis. Il y passe son CAP pâtissier en candidat libre qu’il obtient en 2020. « J’en ai profité pour travailler sur mon entreprise, se souvient-il. J’avais d’abord pensé à installer un café dédié à ce produit mais pousser la porte pour un produit que l’on ne connait pas, c’est le pas de trop. »

Des canaux de distribution diversifiés
Il opte alors pour la méthode Food Truck. L’idéal pour apporter ce produit nouveau jusqu’aux gens. Au sortir du premier confinement, il installe son deux roues jaune citron devant chez lui et commence par faire de la vente à emporter et des livraisons. Deux semaines plus tard, Basile Bedelek est démarché par ses premiers marchés. En 2020 aussi, il s’affiche sur de gros événements. Le Kurtos fait un carton au festival Street Bouche à Strasbourg avec 900 Kurtos vendus en deux jours. Une gourmandise qui a également fait recette sur les Journées d’Octobre, à Mulhouse. Il aurait dû être présent aux Eurockéennes et à la Foire aux Vins de Belfort, mais la pandémie en a décidé autrement. Basile Bedelek a diversifié ses canaux de distribution. Une partie de sa production est écoulée via le réseau La Ruche qui dit Oui, au Pressoir de Westhalten à travers ses distributeurs connectés mais aussi par le biais de la franchise Baguette Box 68. Basile propose également la version brunch de ses Kurtos les dimanches matins.

Esprit gourmand et espièglerie
Basile Bedelek a l’ambition d’imposer sa marque, Maison Kurtos, comme une référence sur ce produit. Une marque qui joue sur l’esprit gourmand et l’espièglerie de l’enfance via un esprit de ‘’Loustics Gourmands’’ et sa mascotte coccinelle. Le Kurtos reste un moyen de partager de bons moments, entre amis, en famille aussi. « J’arrive même à viser des gens qui connaissent déjà le Kurtos, se réjouit Basile. Des personnes qui ont voyagé à Prague ou Budapest et qui sont heureux de pouvoir faire goûter cette gourmandise à leurs familles. » Une gourmandise qui plaît également dans les événements privés. Le jeune homme dévoile même ses secrets de fabrication à travers des ateliers ouverts au grand public, sur réservation.

Une franchise à développer
Il fonctionne pour l’heure avec deux permanents, Guillaume et Christelle, présents sur les marchés. Ses axes de développement sont nombreux. « Je vise une ouverture d’ici fin 2021 dans une grande ville, Lyon, Lille ou Strasbourg. J’arrive aujourd’hui à former facilement mes collaborateurs à la technique pour le rouler correctement. » Ce projet va nécessiter le recrutement d’une équipe de 3 à 4 personnes. Un poste est d’ailleurs déjà à pourvoir. « J’aimerais développer des emplacements hors Alsace. Beaucoup de gens ont envie d’être indépendants mais ils ont peur de se lancer… » Basile, lui, vise à faire de sa Maison Kurtos une franchise, grâce à un produit déclinable selon les habitudes locales. En Alsace, le Kurtos à la cannelle représente 30 à 40% du volume de ses ventes. « À Lyon, les gens sont friands de pralines roses pour la version sucrée et dans le Nord, les gens adorent le spéculoos. » La pandémie a freiné ses investissements mais pas son envie de grandir vite. Un point de vente devrait d’ailleurs ouvrir à la rentrée sur Mulhouse. Son « citron jaune » – comme il se plaît à appeler son foodtruck – a également déjà gagné le Bas-Rhin. Cet été, Maison Kurtos s’est installé à la piscine de Marckolsheim avant de reprendre ses tournées hebdomadaire sur six marchés haut-rhinois.

Emilie Jafrate

Maison Kurtos
www.maisonkurtos.com
Facebook: Maison Kurtos


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste