Les chips de Céline made in Alsace

Les Céli’chips de la Biscuiterie Albisser à Pfastatt sont comme leur créatrice Céline : blondes, gourmandes … et alsaciennes ! Mais pourquoi la maison Albisser, bien connue pour ses petits gâteaux sucrés, est-elle allée ferrailler avec les géants internationaux de la chips ?

Céline Albisser, qui adore les chips, est par- tie d’une réalité qu’elle trouve injuste : les exemples de chips régionales abondent – elle les a testées -, mais seule la bretonne est connue. Et pour cause, la pomme de terre bretonne bénéfi- cie d’une belle notoriété. « Cherchez la pomme de terre bretonne sur Internet, vous en verrez de nombreuses variétés ! Concernant la pomme de terre alsacienne qui est pourtant au deuxième rang national pour sa production, rien du tout, à part quelques recettes ! L’idée est de mettre en va- leur la pomme de terre alsacienne. Et depuis que nous avons démarré la chips, nous en avons déjà mis en œuvre plus de 20 tonnes ! ». La variété est l’Agria, qui tient bien la cuisson. Durant le Covid, alors que les producteurs avaient des pommes de terre sur les bras en raison de la baisse des ventes, cette production de chips est arrivée à point nommé. « Travailler en circuit court avec des producteurs payés correctement, c’est mon crédo ! »

Production dans le Tarn
Après avoir fait le tour des fabricants, Céline a trouvé une entreprise dans le Tarn, à Mazamet. «La chips est cuite comme j’aime, pas trop salée, en préservant un bon goût de pomme de terre, le savoir-faire est très bon. Les emballages créés en Alsace sont expédiés ainsi que les pommes de terre via des transporteurs qui se rendent en Espagne, et les chips, une fois cuites et condi- tionnées, reviennent par le même chemin. On a une organisation optimisée. » Plus de 60.000 paquets de Céli’chips ont été vendus en 6 mois en grande distribution, en 3 variantes : chips nature, paprika (un mélange d’épices créé par une entreprise alsacienne) et, depuis peu, la chips ondulée. « Il y a aussi la chips bio, vendue en circuits bio ».

Un environnement concurrentiel
« Il est certain qu’avec un paquet de chips de 125g vendu entre 1,99 € et 2,50 €, nos chips sont plus chères que celle de la concurrence. Préserver la qualité du produit, l’emploi et les producteurs locaux, ça a aussi un coût ! Au final, nos chips sont meilleures et surtout, elles défendent des valeurs qui sont celles de ma famille : l’Alsace, et le bon goût des choses ». Avec les distributeurs qui ont suivi, et les retours consommateurs qui semblent très bons, pas besoin d’étude de mar-ché, Céline se fie à son (bon) goût.

Béatrice Fauroux

Biscuiterie Albisser
1, rue de la Biscuiterie, Pfastatt
Petit point de vente sur place
03 89 52 25 22
biscuiterie-albisser.fr
Facebook: Biscuiterie Albisser


Informations sur l'auteur :

PORTRAIT BEA

Béatrice Fauroux

Fondatrice et rédactrice en chef

Catégories associées :

Actualités Agro-alimentaire Le Journal