[DOSSIER] À Saint-Louis, Ronny Boulay et Hichame Ben-Haïda essaient de rester occupés en attendant la reprise

Après un été 2020 de tous les records, Ronny Boulay et Hichame Ben-Haïda sont à nouveau confrontés au silence pesant sur leur bar/brasserie le Tyl, installé sur la Coisée des Lys à Saint-Louis. Les co-gérants continuent cependant à maintenir un rendez-vous couscous ou paëlla à emporter par mois.

Le maintien de salaire de leurs trois employés comme souci prioritaire
Cette deuxième fermeture a été un coup de massue. Les deux co-gérants ont accusé le coup sur le mois de novembre avant de reprendre un rendez-vous mensuel à partir de décembre. « Nous avons eu le soutien de nos clients. Nous avons sorti 150 portions à emporter et nous en avons livré 150 dans le village dans lequel nous habitons. Ces événements, une fois par mois, ne nous aident pas pour vivre, mais cela nous occupe », souligne Ronny Boulay. Le plus dur à encaisser, c’est le manque de visibilité. « Nous n’avons aucune date de reprise. Heureusement, les 10 000 euros d’aides attribuées par l’Etat nous permettent de tenir parce que nous sommes une petite structure. » Le souci premier des co-gérants est le maintien de salaire de leurs trois salariés. « L’autre problème, c’est le psychologique. Je travaille depuis mes 16 ans et voir notre bar vide nous fend le cœur à Hichame et moi. En un an, nous avons vécu six mois d’arrêt complet ! »

Des actions de solidarité pour le personnel ludovicien sur le front
La création d’événements fait partie de leur ADN. Ronny et Hichame ont chacun fait leurs expériences dans divers établissements à l’instar du Casino de Bâle, ou encore du Guillaume Tell à Mulhouse. À Saint-Louis, ils ont même transformé la salle des fêtes du Forum en soirée années 80, accompagnée d’un banquet. Au moment de la Fête de la Musique, ils mettent en place leur propre scène sur la Croisée des Lys. Au ralenti avec l’arrivée de la crise sanitaire, les deux patrons ont mis en place des actions de solidarité. Pour un repas acheté, un repas offert à ces corps de métiers œuvrant sur le front, pompiers, policiers, soignants, urgentistes, personnels des EHPAD…

Un été exceptionnel
Au sortir du premier confinement, le Tyl avait mis en place des menus du jour et des salades à emporter, chaque jour ainsi qu’un service de boissons à l’extérieur. « Nous avons pu retrouver nos habitués qui s’arrêtent décompresser après le boulot, se souvient Ronny. Il faisait beau, les gens sortaient et pouvaient profiter de la Croisée des Lys. » À la réouverture des restaurants, le Tyl a connu un été exceptionnel. « Nous avons réalisé 8 à 16% de croissance de chiffre d’affaires par rapport à la même période l’année passée et ce, malgré les événements qui n’ont pas eu lieu pendant l’été. De mi-juin à fin août, nous avons créé des soirées tartares. » Des soirées qui ont connu un succès exceptionnel. Elles ont démarré avec 35 tartares pour finir avec 70 tartares commandés sur le dernier jeudi.

Un relooking en attendant la réouverture
Leurs projets ? « Réouvrir », lâche spontanément Ronny. En attendant, les deux gérants continuent de travailler au cœur de leur établissement. Un relooking est en cours. Les deux patrons font parler leur créativité en utilisant notamment, les cinq ans de bouchons accumulés depuis la reprise de l’établissement. « Nous faisons partie des “non-essentiels” mais nous ne concevons pas de ne pas l’être. Le Tyl est un lieu de vie, de partage, de sourires, d’habitudes aussi. Nous n’avons qu’une hâte, qu’il grouille à nouveau de monde. » Et voir la réaction de leurs clients lorsqu’ils pourront découvrir un Tyl totalement relooké.


Emilie Jafrate


Le Tyl
Croisée des Lys, Saint-Louis
03 89 67 19 63
Facebook: Le Tyl


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste

Catégories associées :

Le Dossier du Mois Le Journal