L’Atelier Homérique de Marie-Céline Vogt, la touche artistique de la décoration d’intérieur

Elle a de l’architecte les bases techniques, mais Marie-Céline Vogt a conservé cette fibre artistique qui la nourrit depuis toujours. À travers son Atelier Homérique, elle n’hésite pas à mélanger le vintage avec le contemporain, ce qui lui permet de raconter de belles histoires.

Recommencer à zéro serait trop facile. Non, Marie-Céline Vogt a le goût du challenge. Elle a fait de l’éclectisme sa marque de fabrique. « L’armoire de la grand-mère, on la garde, glisse-t-elle avec humour. C’est en mélangeant les pièces et les époques que l’on raconte son histoire. Il arrive que l’univers nous ressemble, mais l’histoire nous échappe. »

Un jeu de proportions

Elle démarre son Atelier Homérique en 2016. Une référence au célèbre poète grec qui a son importance et qui donne d’ailleurs le ton. Elle débute par de petits chantiers de décoration d’intérieure au cœur de magasins, avant de retrouver son cœur de métier, la scénographie, par le biais d’une collaboration avec le Labopéra Alsace. C’est à ce moment-là que débute également son aventure avec les Parcs Expo, pour Déco’Folies à Mulhouse, la Maison de Caro à Colmar. « La scénographie permet de m’exprimer. C’est ça que j’aime. Mon truc à moi est de jouer avec les proportions. Cela demande aussi de travailler en équipe. » Marie-Céline Vogt a ainsi travaillé autour d’un hôtel éphémère de 300m2 monté pour le Salon Egast à Strasbourg. Une année de travail qui ne verra jamais le jour… « La crise sanitaire a frappé à nos portes, nous avons dû tout démonter dans la foulée. C’était très violent. »

La recherche du bon aménagement

Eclectique, c’est ce qui caractérise aussi son parcours. Architecture, architecture d’intérieur, décoration, scénographie, muséographie… « J’ai toujours un peu tout utilisé », sourit-elle. Elle consacre huit années de sa vie professionnelle à monter des projets pour le particulier et les professions libérales pour Kintz Collection. « Je suis littéralement tombée amoureuse du produit. C’était une superbe aventure qui m’a permis de renouer avec les sphères de l’histoire de l’art et du design. » Elle part ensuite à Strasbourg, dans une toute autre direction avec des projets uniquement professionnels, d’une toute autre envergure. « Les clients étaient des acheteurs à la sensibilité différente, mais toujours avec le même souci, celui de la recherche du bon aménagement. »

Un amour du théâtre démarré sur scène, développé en coulisses

Enfant, Marie-Céline Vogt créait déjà ses propres univers avec ses poupées. Son coup de cœur pour la scénographie lui est venu avec ses années théâtre. Après avoir fait le conservatoire d’art dramatique, elle entre au théâtre Poche Ruelle en tant que comédienne. « Je suis devenue petite main et franchement, cela me correspondait mieux que la scène. J’étais bien plus à l’aise en coulisses. » De son enfance, elle a gardé le trait de crayon. « Mon papa était ingénieur et je l’accompagnais le samedi. J’aimais cette odeur de calque. Il effaçait les traits à la lame de rasoir. »

Créatrice d’ambiances à travers le coaching

Forte de toutes ces expériences, Marie-Céline Vogt s’est constitué une véritable boîte à outils en retrouvant Kintz. « Ils exposent du mobilier que je vends. Je travaille beaucoup avec des marques italiennes pour ce qui est des tables et des chaises. L’Italie continue à défendre son savoir-faire ! » La décoratrice a également noué des liens avec Capon. Marie-Céline Vogt se tourne beaucoup vers du mobilier de seconde main pour leur côté authentique. Si la scénographie est un véritable coup de cœur, Marie-Céline Vogt peut aussi bien répondre à des demandes plus techniques, comme une implantation de luminaires dans un projet immobilier. Elle propose aujourd’hui aussi du coaching, face à une demande toujours plus croissante. «Je ne fais pas de dessin, je créé des ambiances à travers un panel de tendances et j’évalue une shopping list avec des références de produits accompagnés de photos. On bascule davantage du côté produit, qui peut déboucher sur du projet. »

« Amoureuse des objets et du luminaire »

Des envies, Marie-Céline Vogt en a pleins, à commencer par la création d’un lieu pour accueillir ses clients. « J’ai pensé au magasin mais j’œuvre beaucoup en extérieur et puis j’ai peur que le statique ne m’ennuie. La création de lieux éphémères serait plus juste, elle correspondrait à mon énergie.» Artiste, Marie-Céline Vogt a pleins de choses dans les placards. « Je suis une amoureuse des objets et des luminaires. J’ai par exemple dessiné une lampe. Elle fait partie des projets que j’ai à relancer. »

Emilie Jafrate

  • Atelier Homérique
  • 5A, rue de la Patrouille , Mulhouse
  • 06 87 22 57 23
  • mcvogt@atelier-homerique.fr
  • atelier-homerique.fr

Informations sur l'auteur :

picto_periscope

Le Périscope

Catégories associées :

Actualités Architecture Le Journal