La Winstub Henriette, le coup de cœur de Christine Fehr depuis 1996

Derrière cette façade flambant neuve au cœur de Mulhouse, Christine Fehr. Autodidacte, elle est la patronne de la Winstub Henriette depuis 1996. Une aventure démarrée sur un coup de cœur pour ce petit restaurant chaleureux.

Un job d’été aura fini de la convaincre… Christine Fehr est tombée dans la cuisine par passion. Une vocation qu’elle vit pendant une dizaine d’années du côté de Bâle avant de s’installer à Mulhouse. « J’ai racheté ce restaurant à des amis. C’était cette Winstub que je voulais, et rien d’autre. » Un véritable coup de cœur pour cet endroit « chaleureux, petit et mignon ». Une reprise dans la continuité. « J’étais jeune, je n’avais que 27 ans, mais j’ai choisi de garder cette cuisine familiale bourgeoise. Ce lieu a une véritable âme, on y trouve encore une Stammtisch (la table des habitués qui permet de se retrouver pour discuter et s’amuser en Alsace). La Winstub Henriette n’est pas un endroit de mode, mais un endroit de tradition. » Au rang de ses classiques : le cordon bleu décliné au munster ou encore les fleischnackas. Jusqu’au premier confinement, Christine accueillait une clientèle âgée le midi, une clientèle d’affaires le soir et des locaux le samedi midi et soir. « Des jeunes de 35/40 ans revenaient même par goût pour la tradition. »


Le “plat d’autrefois” à emporter du mercredi
Mais à la fin du premier confinement, à la réouverture le 2 juin 2020, Christine n’a pas retrouvé sa clientèle âgée du midi. « Nous avons souffert jusqu’en septembre », se souvient-elle. Elle retrouve « un rythme de croisière » jusqu’au 28 octobre et une nouvelle fermeture. La patronne fait alors le choix de proposer des plats à emporter. « Ce n’est pas du tout la même cuisine, souligne-t-elle. J’ai dû renoncer à la viande de bœuf, par exemple. J’ai en revanche proposé des tomates farcies, des lasagnes, du hachis parmentier… » Le mercredi était le jour du “plat d’autrefois” avec ses fameuses Griespfluttas (galettes de semoule alsaciennes). « Les gens étaient au rendez-vous. J’ai même découvert une nouvelle clientèle. Celle qui n’osait pas pousser la porte du restaurant à cause de son image vieillote. J’ai pu préparer une trentaine de plats à emporter chaque jour. Les gens ont joué le jeu. »


Un lieu qui a pris vie sur les réseaux sociaux
Une clientèle qui a découvert ou re-découvert sa Winstub par le biais des réseaux sociaux, aussi. « Patricia Vest, ma voisine de la boutique Imagine, est venue me donner un coup de pouce pour la communication. » Les deux femmes ont organisé des ateliers bredalas en décembre, lamalas à Pâques ou encore tiramisus. « Même si les gens n’avaient pas accès au restaurant, ils ont pu suivre nos aventures culinaires sur les réseaux sociaux. C’était un moyen de rendre la Winstub vivante. Au départ, j’étais récalcitrante vis à vis de cette vente à emporter. Au final, j’ai aimé faire ça. » Christine Fehr a même connu une période de Noël relativement festive, au vu du contexte. « Nous avons décoré nos vitrines et la Mairie m’a donné l’autorisation de proposer du vin chaud. Cela n’avait évidemment rien à voir avec un mois de décembre de Marché de Noël, mais cela nous a permis de rester positifs et surtout, de ne pas se faire oublier. »


Une nouvelle façade en parallèle de la vente à emporter
En parallèle de la vente à emporter, Christine Fehr n’a pas chômé. Elle a donné un coup de jeune à l’enseigne de sa Winstub. Une nouveauté dévoilée le 19 mai, à la réouverture de sa terrasse d’une vingtaine de couverts.


Emilie Jafrate


Winstub Henriette
9 rue Henriette – Mulhouse
03 89 46 27 83
www.winstub-henriette.com
Facebook : Winstub Henriette


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste

Catégories associées :

Actualités Le Journal