La Kelnet : la communication par l’essuie-verre

“La Kelnet” est un essuie-verre, un carré de tissu en microfibre qui sert à nettoyer les lunettes. Aujourd’hui, tous les porteurs de lunettes connaissent ce petit chiffon que l’opticien glisse dans l’étui à lunettes, fabriqué à Fellering.

Ce produit, somme toute assez banal, très répandu, Claude Kelbert en a fait un objet de communication, un objet beau et utile, un support qui laisse place à l’imagination grâce aux multiples possibilités d’impression sur le tissu. La banque de photos et de modèles graphiques de l’entreprise s’enrichit de jour en jour grâce à la collaboration de photographes et graphistes locaux. La Kelnet est déjà répandue partout en France et, petit à petit, elle trouve sa place à l’étranger.

Kelnet, essuie-verre, Alsace
Claude Kelbert

L’essuie-verre « communicant »

 

Claude Kelbert est opticien. Il avait un magasin à Wittenheim. Mais un jour, un ami lui montre une nouvelle machine, qui permet le transfert d’images sur tissu. Il a envie de la tester ; et très vite naît l’idée de l’essuie-verre. Etant dans le milieu de l’optique, il fabrique quelques échantillons pour les montrer à ses collègues opticiens. L’idée plaît. Claude Kelbert se lance dans l’aventure. C’était en 2003 et il était le premier en France.

Kelnet, la maîtrise de sa croissance

 

Installé dans le parc à Wesserling, dans les anciens locaux Boussac, il travaille aujourd’hui avec une quinzaine de collaborateurs pour 2,5 millions de CA. « Actuellement, la croissance de l’entreprise ralentit, on arrive à un rythme gérable. Une année, la progression était de 30%, à ce taux, il faut avoir les reins solides pour financer le stock et la tête sur les épaules pour gérer et organiser ce surcroît de travail. Aujourd’hui, nous travaillons à 70% sur le marché français et à 30% à l’export en Europe. De nouveaux marchés émergent également, toujours dans le nettoyage des verres, mais aussi de smartphones, tablettes et autres écrans et aussi dans la déco, avec des impressions sur polyester de motifs en trompe l’oeil » explique Claude Kelbert.

Aujourd’hui, l’avenir de l’entreprise semble assuré. Au terme d’une cession, Kelnet est passée entre les mains d’une entreprise déjà implantée dans le milieu de l’optique. Claude Kelbert reste directeur général de l’entreprise et peut envisager (d’ici quelques années !) un départ en retraite avec sérénité.

Sylvie Reiff

Contact : Kelnet
4 rue des Fabriques à Fellering
03 89 57 69 77
www.kelnet-optic.com

Informations sur l'auteur :

PORTRAIT BEA

Béatrice Fauroux

Fondatrice et rédactrice en chef

Catégorie associée :

Industrie

Articles qui devraient vous intéresser

Ostwind – La puissance d’une centrale nucléaire grâce au vent Dès que les vents politiques auront tourné en faveur des énergies renouvelables, Ostwind France mettra tous ses moyens pour en profiter à plein régime...
Les coups de coeur 2015 du Périscope: Faurecia Depuis sa reprise par le groupe en 2007, Faurecia Burnhaupt a renoué avec la croissance après avoir connu des difficultés dans les années 2000. L’entr...
Investissement important pour l’industrie textile, Defil De Fil en Aiguille est une entreprise textile familiale, créée en 1990, qui compte 17 personnes en équivalent temps plein. Spécialisée au départ dans ...
Unaferm, la qualité durable de la fenêtre PVC et du volet roulant Spécialisée dans les fenêtres PVC haut de gamme, volets roulants alu, l’entreprise d’Aspach a fêté ses 45 ans cette année. Unaferm poursuit sa croissa...