Ferme-auberge du Grand-Ballon, la famille Bronner, dans le respect des traditions

Installé depuis 1993 au Grand-Ballon, Didier Bronner y travaille aujourd’hui en famille, aux côtés de son épouse Annick, de ses deux fils, Jérémy et Benjamin ainsi que de leur belle-fille, Coralie. Un établissement familial et devenu incontournable lorsque l’on emprunte la route des Crêtes direction le Grand-Ballon.

Ils viennent de regagner leurs quartiers d’été à 1 100 mètres d’altitude. Comme chaque année, les Bronner ont fait leur transhumance en compagnie de leurs Vosgiennes. Leur ferme-auberge à peine investie, leur terrasse accueillait le lendemain déjà, une clientèle d’habitués, et ce, malgré des températures fraîches, un vent fort et un ciel menaçant en ce mois de mai. « Cela fait du bien de revoir du monde, sourit Jérémy Bronner. Les gens sont heureux d’échanger quelques mots avec nous et inversement. » En attendant la réouverture intégrale de leur restaurant, la terrasse est à la disposition des courageux. « Normalement, le mois de mai est un mois important, souligne encore Jérémy. Notre saison débute à Pâques et se termine le 11 novembre. Nous faisons appel à cinq extras supplémentaires. À l’année, nous travaillons tous les cinq, en famille. L’hiver, nous ouvrons les week-ends et les vacances scolaires. Nous sommes aussi un point de restauration pour les skieurs du Grand Ballon. » Il leur a fallu patienter trois semaines supplémentaires avant de retrouver cette effervescence qui leur a tant manquée.


Soirées grillades et fondues au fromage
La Ferme-auberge du Grand-Ballon, dispose d’un troupeau de 30 chèvres et 25 vaches laitières. Près de 100 000 litres de lait sont transformés chaque année en munster, barkass, tommes, sieskass, chèvre frais ou affiné. Ici, tout est valorisé. « Nous avons fait un pot-au-feu avec nos bêtes, par exemple. Pareil pour nos tourtes et nos fleischnakas. » L’établissement s’est adapté aux envies de sa clientèle avec des soirées grillades et des fondues à la viande. Il y a un an, la Ferme-auberge du Grand Ballon a également proposé des fondues au fromage, pour valoriser différemment encore son lait. Un établissement connu pour ses plats traditionnels comme les bouchées à la reine, les fleischnakas, les tourtes aussi bien que les repas marcaires.


À l’origine, un troupeau de chèvres…
« Nous sommes d’abord des paysans », sourit Didier Bronner. Et c’est avec un troupeau de chèvre que débute d’ailleurs son aventure. Natif de Soultz, c’est sur les marchés que Didier Bronner se fait d’abord connaître. « J’attendais, depuis le départ, qu’une ferme-auberge se libère, se souvient-il. C’est grâce au Maire de Soultz de l’époque M. Birgaentzlé et du sénateur Henri Goetschy, que j’ai réussi à monter ici. » Il s’installe d’abord seul en 1993. « Ma femme est ensuite arrivée, et nous avons eu nos deux garçons. » Des cuisines aux salles, la famille remet l’établissement aux normes avant de pouvoir racheter les lieux en 2017. Un établissement rénové au fur et à mesure des années.


L’angoisse puis l’arrivée des “Crêtes”
En mars 2020, à l’annonce du premier confinement, forcément, c’était l’angoisse. « Nous étions dans le flou complet », se souvient encore Didier Bronner. Confinement ou pas, l’activité agricole, elle, a été maintenue. La problématique était de pouvoir distribuer les produits transformés. Est alors arrivée l’initiative “Les Crêtes s’invitent dans vos assiettes”. « Pendant toute cette période, nous ne nous sommes absolument pas ennuyés, sourit d’ailleurs Jérémy. C’était une belle expérience, et la façon la plus simple, pour nous, de pouvoir distribuer nos produits. Nous nous arrangions pour ne pas proposer les mêmes repas. Chaque vendredi, nous nous réunissions pour faire le point. » Une initiative qui a eu une saison 2 : « Lorsque nous avons été contraints de refermer, mi-octobre 2020, nous avons enchaîné avec les préparations de commandes. Cela nous a permis de ne jamais nous arrêter.» Là aussi, l’initiative a permis de faire connaître la maison à une nouvelle clientèle. Celle qui n’osait pas forcément s’arrêter en chemin lorsque le parking affiche complet. Depuis 9 juin, la Ferme-auberge du Grand Ballon a retrouvé son fonctionnement normal et il est possible de s’arrêter pour un petit creux, la famille Bronner vous accueille à n’importe quelle heure de la journée.


Emilie Jafrate


Ferme-auberge du Grand-Ballon
Route des Crêtes, Willer-sur-Thur
03 89 76 95 79
www.ferme-auberge-grand-ballon.fr
Facebook : Ferme auberge du Grand Ballon
Ouvert de Pâques au 11 novembre. En hiver, à partir du 26/12, ouvert les week-ends et vacances scolaires. Fermé les lundis et mardis, sauf jours fériés.


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste