Fannys’Café, l’éclair dans tous ses états proposé par Fanny Pawlikowski, rue Henriette à Mulhouse

Véritable repère de la gourmandise, le Fanny’s Café est le paradis de l’éclair. Une pâtisserie déclinée à l’infini par Fanny Pawlikowski qui n’en n’oublie pas ses classiques. Un endroit vintage, à l’image de sa patronne, et devenu incontournable, rue Henriette à Mulhouse.

Si elle n’en n’oublie pas le classique à la vanille, Fanny Pawlikowski laisse libre court à ses idées, ses envies. Façon linzer, crème mascarpone à la mandarine, noix caramel avec sa crème légère au caramel et ses noix torréfiées caramélisées ou encore pain d’épice et miel avec son biscuit mœlleux pain d’épice et sa crème diplomate épicée… Elle décline l’éclair selon les saisons. Une gourmandise qui appelle de nombreux autres moments plaisir. Bien sûr, Fanny n’en n’oublie pas ses classiques : à la vanille ou au café, qui reste d’ailleurs son préféré. Avec sa vingtaine de recettes, elle satisfait tous les goûts.

Passion pâtisserie

Il faut dire que la pâtisserie, elle y baigne depuis toujours grâce à son papa boulanger. « Si je préfère manger salé, j’ai toujours adoré la pâtisserie. Petite, je faisais les brioches. » Et c’est en toute logique qu’elle obtient son BEP puis son Bac Pro en pâtisserie. Elle travaille ensuite en restauration, en charge de la réalisation des desserts à l’assiette, du côté du château d’Isenbourg d’abord, puis d’Il Cortile. Elle s’associe ensuite pendant huit années à son papa, au cœur de la boulangerie Serge à Thann. « Mais j’avais envie d’ouvrir quelque chose à moi, qui me ressemble et je voulais être décisionnaire à 100%. Papa m’a comprise. Je me suis toujours sentie faite pour entreprendre. » Il lui faut un an et demi pour voir son projet se concrétiser.

Une ouverture en plein confinement

Le Fanny’s Café ouvre alors le 20 avril 2020. Un univers rétro et vintage dans lequel ses clients n’ont pas pu tout de suite s’installer. La jeune femme a en effet ouvert en plein confinement, dans une rue Henriette quasi déserte, alors que les autres commerçants devaient garder leur rideau baissé. « Au bout de deux semaines, j’étais sur les rotules. J’étais seule, je venais à 4h du matin pour produire et mes journées ne se terminaient qu’à 18h. Mais les gens me l’ont rendu. J’étais leur rayon de soleil, j’égayais leurs journées, j’étais leur remède anti-déprime. » Une clientèle rapidement devenue fidèle. Et ceux qui poussent encore les portes du Fanny’s Café pour la première fois ne tardent jamais à revenir. « On me dit souvent que c’est compliqué de manger d’autres éclairs ailleurs, une fois qu’on a gouté les miens. »

En famille

Si son petit frère travaille aux côtés de son papa dans la boulangerie familiale, Fanny, elle, a embauché ses deux petites sœurs, Céline et Aline ainsi que sa meilleure amie, Cindy. « Nous avons longtemps travaillé en famille, c’est une habitude chez nous. Avec Cindy, nous avons travaillé ensemble en restauration. » Son mari, Quentin Bellanger, lui, l’aide en production. « Nous nous sommes rencontrés en formation. Il a travaillé avec papa et il a repris goût à la pâtisserie ici. Nous nous complétons. Il est un véritable soutien. » Le Fanny’s Café a mis quelques mois pour trouver son rythme de croisière. Fanny et son équipe produisent près de 150 éclairs par semaine, 200 chaque week-end.

Adoptée par les commerçantes de la rue Henriette

Elle est ‘’la petite jeune’’ de la rue Henriette. « C’est une rue fantastique. C’était d’ailleurs mon choix numéro un, pour m’installer à Mulhouse. Il y a un dynamique incroyable. » Et une solidarité qui s’est tout de suite installée. « La Winstub Henriette et la Crêperie Crampous viennent prendre le pain chez moi. Nous avons un partenariat avec Mon Univers, rue Poincaré, pour leur salon de thé Harry Potter. Nous travaillons d’ailleurs à une collection spéciale. » Et Fanny Pawlikowski ne refuse jamais un projet… En octobre dernier, elle a participé à l’action des commerçantes de la rue en faveur de l’association En Avant les Amazones, par la création d’un éclair rose chocolat blanc à la saveur de rose, dont 50 centimes par pièce était reversé aux Amazones, dans le cadre d’octobre rose. Au rang de ses projets, celui de lancer des cours de pâtisserie. Mais avant cela, Fanny’s Café vient de lancer ses brunchs.

Emilie Jafrate


Informations sur l'auteur :

picto_periscope

Le Périscope

Catégories associées :

Actualités Le Journal Pâtisserie