Dr Khalid Zahouily, le chercheur qui a su écloisonner le monde de la recherche et celui de l’industrie, à travers Photon & Polymers

Photon & Polymers est un laboratoire privé indépendant installé à Lutterbach. Depuis sa création en 2001, son fondateur, Khalid Zahouily travaille au développement de matériaux photopolymères personnalisés et innovants. Un laboratoire qui a su créer des passerelles entre le monde de la recherche et celui de l’industrie.

« Nous transformons une résine liquide en solide, par photo activation, c’est-à-dire par l’action de la lumière UV-Vis », explique simplement Khalid Zahouily, fondateur du laboratoire PnP installé à Lutterbach. Les applications de cette innovation dans l’industrie sont déclinables à l’infini. « Il n’y a pas besoin d’apport de chaleur, pas de solvant et son séchage est quasi instantané à température ambiante, et c’est bien ce qui intéresse l’industriel », souligne le chercheur.

La différence entre le « faisable et l’industrialisable »

Khalid Zahouily est tombé dans la chimie lorsqu’il était tout petit. « À dix, douze ans, je piquais les médicaments périmés à la maison et je les mélangeais pour en faire une potion magique. J’habitais au Maroc, en bordure de Casablanca. Il y avait des champs avec des plantes sur lesquelles je versais des louches de cette potion et je venais en constater les effets une semaine après », sourit le chercheur à l’évocation de ce souvenir. Après une classe préparatoire à Orléans, Khalid Zahouily intègre l’École de chimie de Mulhouse. Il réalise un doctorat en photochimie, à l’Université de Haute-Alsace. Il devient chef de projet au sein du CNRS. Douze années au cours desquelles il côtoie les plus grands et tout particulièrement le Professeur Christian Decker, un « homme de cœur et de science ». Pendant ces années-là aussi, le chercheur apprend à faire la différence entre le faisable et l’industrialisable.

« Nos industriels ont besoin d’un centième de notre savoir pour créer de l’emploi et de la valeur »

Et un jour, le déclic. « Je reçois un coup de fil de Gerflor à Tarare. L’entreprise avait dû arrêter sa production suite à un problème avec le vernis-UV qui ne photopolymérisait plus. Ils cherchaient un expert pour comprendre leur problème. » Seulement, toute sortie du CNRS demandait un ordre de mission avec un délai de trois à quatre semaines. Comprenant l’urgence de la situation, le chercheur prend un congé pour pouvoir solutionner le problème. « Je suis revenu avec un contrat de 20 000 euros », souligne-t-il. Saisissant l’opportunité, Khalid Zahouily décide de fonder son propre laboratoire. « Nos industriels ont besoin d’un centième de notre savoir pour créer de l’emploi et de la valeur. » PnP était né et Gerflor est encore à ce jour, l’un des clients du laboratoire.

Dr Khalid Zahouily, de chercheur à entrepreneur

Après une période d’incubation entre 2001 et 2004, PnP a pu voler de ses propres ailes. Pour y arriver, le chercheur a dû passer par plusieurs phases d’accompagnement. « Un chimiste ne sait pas ce qu’est un business plan ni en quoi consiste le marketing. » De nombreuses cordes que Khalid Zahouily a dû accrocher à son arc. « Aujourd’hui encore, je me forme à la digitalisation. Des spécialistes m’accompagnent pour nos réseaux sociaux. » Endosser la casquette d’entrepreneur n’a pas forcément été chose aisée. « C’est une aventure dans laquelle on emmène aussi toute sa famille. Heureusement, j’ai toujours eu le soutien de ma femme, Martine et de mes filles, Soraya, Inès et Kenza. » Passionné, ce qui lui tient particulièrement à cœur, c’est la transmission de son savoir. Près de 150 stagiaires sont passés par le laboratoire de Lutterbach depuis sa création. « Nous ne leur soumettons jamais des projets dédiés à nos clients, nous les faisons travailler sur des projets prospectifs à deux, trois ans. »

Trois ans et quatre chercheurs à temps plein pour élaborer un revêtement antigivre dédié à l’aviation

PnP, c’est aujourd’hui six collaborateurs ainsi que deux chercheurs support du CNRS auxquels Khalid Zahouily demande conseil. Sa force reste sa taille humaine. « Nous sommes capables d’être à la pointe grâce à notre réseau d’experts sur lequel nous nous appuyons. » Un laboratoire discret, mais connu et reconnu à travers le monde. PnP investit chaque année 10% de son chiffre d’affaires dans la R&D. Ses innovations ont déjà fait leurs preuves dans le domaine du luxe, de l’horlogerie, de l’aéronautique aussi, avec pas moins de cinq brevets internationaux déposés concernant l’antigivre. « Depuis la naissance de l’aviation, 500 crashs ont été causés par le givre. Notre revêtement a demandé trois années de développement et quatre chercheurs à temps plein. » PnP est aussi l’auteur du revêtement anti-graffitis pour la RATP ou encore de revêtements photopolymérisables antimicrobiens pour les hôpitaux. « Nous sommes concepteurs de solutions, mais nous accompagnons les industriels pour qu’ils puissent les appliquer dans leurs productions. »

Un avenir par l’impression 3D

L’avenir se tourne résolument vers le domaine médical, à travers l’impression 3D ou 4D. « Imprimer des parties d’organes, c’est l’avenir. Nous travaillons sur des photopolymères d’aligneurs d’orthodontie. Nous avons encore à optimiser la flexibilité de ces morceaux de photopolymères. » Un avenir à tracer.

Emilie Jafrate

PnP – Photon et Polymers
66 rue du Général de Gaulle, Lutterbach
06 08 13 36 44
photonpolymers.com


Informations sur l'auteur :

picto_periscope

Le Périscope

Catégories associées :

Actualités Innovation Le Journal