[Dossier du mois] Emanuel Lang : du tissu Made In France

Fondée en 1856, Emanuel Lang – anciennement Virtuose SAS – est une entreprise implantée à Hirsingue. Elle a connu les hauts et les bas de l’industrie textile alsacienne et tente aujourd’hui de se maintenir à flot après une liquidation évitée de justesse en 2013.

Fragilisée par la concurrence asiatique
Emanuel Lang est aujourd’hui l’une des dernières entreprises de tissés teints en France. Pourtant, son savoir-faire local et ancestral a bien failli disparaître, au terme d’un feuilleton douloureux qui a duré 10 ans. Au début des années 2000, l’industrie textile française décline, en partie à cause de la concurrence du textile asiatique. En 2009, les ateliers de création et de tissage d’Emanuel Lang subissent un plan de liquidation, avec de nombreux licenciements. Une reprise de l’activité grâce à la mobilisation de ses principaux cadres permet à l’entreprise de continuer. Mais en 2012, Emanuel Lang entre à nouveau en liquidation judiciaire, fragilisée par la hausse des cours du coton. Les machines doivent être vendues aux enchères et la fermeture définitive du site s’annonce imminente. Un premier plan de rachat est, à ce moment, refusé. Pendant dix mois, les salariés manifestent contre la vente des machines et mettent un point d’honneur à livrer les dernières commandes malgré la procédure judiciaire. Fin 2013, la société trouve un nouvel acquéreur : Pierre Schmitt, également repreneur de Velcorex à Saint-Amarin, Philea à Soultz, Tissage des Chaumes à Sainte-Marie-aux-Mines. L’entreprise, qui comptait 120 collaborateurs, redémarrait avec quatre anciens cadres et repartait à la recherche de clients. Un fait rare dans un contexte de liquidation.

Miser sur les matières premières naturelles
« Pour l’heure, notre équipe est composée de 19 collaborateurs, tous anciens salariés, indique Christian Didier, responsable de site. Nous tentons de redynamiser notre société en lui donnant un nouveau souffle ». Dans une démarche éco-responsable, l’entreprise mise sur l’utilisation de matières premières naturelles européennes comme le chanvre ou le lin pour sa production. « Avant la fermeture de 2013, nous étions spécialisés dans la fabrication de chemises en coton. Aujourd’hui, nous avons étendu notre gamme de vêtements et faisons des chemises sur mesure. Nous avons aussi conçu 100 jeans 100% à base d’orties ».

A la recherche d’investisseurs
Emanuel Lang travaille avec des marques de renom dans le prêt-à-porter haut de gamme. « Notre volonté est de proposer des produits dont le cycle de production s’inscrit, dans sa majeure partie, en France, et plus particulièrement en Alsace, avec toutes les garanties de traçabilité. Ce qui nous permet ainsi d’être labellisés “Acteur Alsace Terre Textile”. Toutes les étapes de fabrication permettant de passer du fil au tissu sont effectuées dans nos ateliers : bobinage, ourdissage, encollage et tissage ». En 2018, Emanuel Lang a réalisé 1,7 millions d’euros de chiffre d’affaires et devrait atteindre les 2,3 millions cette année, dont 90% en France et 10% à l’export. Mais l’entreprise reste fragile. « L’activité n’est pas constante. Nous avons encore des périodes creuses. La concurrence internationale est rude. Nous travaillons heureusement en synergie avec les autres entités du groupe Schmitt ». Le groupe recherche d’ailleurs des investisseurs pour l’accompagner dans son développement. « Nous avons notamment pour ambition de monter dans les ateliers d’Emanuel Lang une filière de transformation du lin et du chanvre ».

Magali Santulli

Emanuel Lang
15 rue Paul Lang à Hirsingue
03 89 07 52 07
emanuel-lang.fr


Informations sur l'auteur :

Magali Santulli

Catégories associées :

Industrie Le Dossier du Mois Le Journal