Beliza Couture les créations textiles en tissu surcyclé d’Isabelle Machado

Elle a la couture dans la peau et elle a décidé d’en faire son métier. Designer textile, Isabelle Machado offre une seconde chance aux tissus destinés à finir leur vie à la poubelle. Elle confectionne des créations originales et colorées, sans pour autant tomber dans l’excentricité.

Elle commence à créer à l’âge de 14 ans. Isabelle Machado décroche son brevet de maîtrise supérieur de couture qui lui permet de réaliser ses vêtements de A à Z, de l’idée à la confection en passant par la mise au point du patron. « Mais voilà, à 18 ans, malgré mon diplôme, il a bien fallu travailler », lâche-t-elle. Elle passe quelques années dans la confection industrielle de sièges pour un grand groupe automobile, travaille dans la vente de prêt-à-porter, au cœur d’une bijouterie, même, mais le besoin de créer reste bien ancré…

« Besoin de créer selon mes émotions »

Elle se lance enfin en 2014 en proposant d’abord des retouches et du sur-mesure, tout en continuant de confectionner ses propres vêtements, qu’elle dévoilait au grand public sur des salons. Beliza Couture était née. « J’ai fini par arrêter les retouches et le sur-mesure, glisse-t-elle. J’avais besoin de créer selon mes émotions, de m’écouter. Cela peut venir en rentrant d’une soirée, en pleine nuit aussi… » En parallèle, Isabelle Machado se lance dans des cours de couture, bien moins chronophages. Des rencontres qui lui permettent en prime de se nourrir pour créer. « Je ne pensais pas avoir la capacité de transmettre mais aujourd’hui, c’est une évidence. C’est une belle chose qui m’est arrivée. Chacune vient avec un projet, ses difficultés et ses propres problématiques. Tout le jeu est de savoir s’adapter. À chaque cours, j’intègre de nouvelles techniques. Et elles m’apportent toutes énormément. »

À base de chutes de tissus et de vêtements destinés a être jetés

Particularité des créations textiles d’Isabelle, ses tissus sont issus de chutes ou de vêtements destinés a être jetés. « Je suis une maman solo. J’ai appris à me débrouiller avec ce que j’ai, souligne-t-elle. Surcycler le tissu m’est venu tout naturellement. Cela demande de se triturer davantage les méninges et une gymnastique différente avec des contraintes différentes. » Le cheminement a pris quelques années mais Isabelle Machado en a fait sa marque de fabrique. « Au début, je n’osais pas montrer mon travail. J’étais gênée et puis les clients m’ont encouragée. J’ai également eu beaucoup de retours positifs sur les réseaux sociaux. » Son tissu provient des chutes de ses élèves, d’autres couturières, ainsi que de vêtements usagés qu’on lui dépose. « Lorsqu’on achète du tissu neuf, on achète souvent de trop parce qu’il n’est pas possible d’acheter sous un certain métrage », fait-elle encore remarquer.

Réinterpréter la façon dont s’habillent les gens

Isabelle Machado ne regarde pas la mode. « Je regarde la façon dont s’habillent les gens et je le réinterprète. » Elle crée sa propre mode et ses propres tissus en assemblant des chutes pour en faire un patchwork. Des créations colorées, harmonieuses mais pas excentriques avec, pour base, le jean. « C’est une matière facile à récupérer, à la base des vêtements de travail et donc solide dans le temps. Le réutiliser c’est lui permettre de durer davantage. Je m’amuse à détourer les poches pour les réutiliser différemment, par exemple. » Isabelle travaille en trois tailles : S – M et L. Depuis deux ans, la créatrice fonctionne en collections, l’une au printemps/été, l’autre en automne/hiver.

Ses projets pour 2022

Ses créations, Isabelle Machado les met aujourd’hui en valeur à travers des shootings photos qu’elle publie sur les réseaux sociaux. « Ce sont mes amies qui les portent et c’est comme si je les avaient créées pour elles dès le départ. » Des créations que la couturière vend à travers L’Artichaut, la boutique de créateurs installée au centre-ville de Mulhouse. En 2022, Isabelle Machado aimerait pouvoir figurer dans une autre boutique de ce type, en dehors de Mulhouse et pourquoi pas, à plus long terme ouvrir son atelier. En 2022 aussi, la créatrice souhaite relancer son projet de lingettes réutilisables entamé avec les Papillons Blancs. « Il a été stoppé avec la situation sanitaire mais je continue à leur créer une gamme de montages de petits paniers. J’ai eu un vrai coup de cœur pour cette structure et les
personnes qui la font vivre. »

Emilie Jafrate

Beliza Couture

2 Rue de Battenheim, Mulhouse

06 50 69 92 64

machado.isabelle@hotmail.fr

Beliza Couture


Informations sur l'auteur :

picto_periscope

Le Périscope

Catégories associées :

Actualités Le Dossier du Mois Le Journal