Au Petit Kembs de Cécile Tual et Lionel Stolz, carte blanche est laissée au chef

Plus qu’un projet professionnel, Le Petit Kembs est un véritable projet de vie. Celui de Cécile Tual et Lionel Stolz. De la cuisine au service, le chef propose une carte blanche concoctée à partir de produits frais, du moment, et bio pour la plupart. Sa compagne est aux manettes des trois chambres d’hôtes de l’établissement : Gavotte du Cap, Aéroplane et Costarouet. Un clin d’œil aux origines bretonnes de Cécile.

Pour le chef Lionel Stolz, la cuisine est une véritable vocation. Originaire de Kaysersberg, il fait ses armes au Lycée Storck de Guebwiller, avant d’évoluer au cœur de cuisines de prestige : la Palme d’Or à Cannes puis aux deux étoiles, Senderens à Paris. Il met alors le cap sur la Bretagne, avec un passage au cœur de l’auberge des Glazicks à Plomodiern. Il s’envole ensuite au Luxembourg pour aider la Christallerie à décrocher son étoile. « Et Cécile est arrivée au milieu de tout cela. S’est alors posé la question de savoir quelle orientation donner à la suite », explique le chef. Cécile et Lionel décident alors de tout quitter pour partir en Suisse. Lionel œuvre dans le restaurant deux étoiles de Georges Wenger, installé au Noirmont, avant de prendre les rênes des Couleurs du Terroir à Montfaucon. Six mois après l’arrivée de leur fille, le couple prend une nouvelle direction, celle de l’Alsace.

Un concept trois en un

Débute alors un véritable parcours du combattant de deux années pour trouver le lieu propice à leur concept de restaurant / chambre d’hôtes, sans oublier leur vie de famille. S’ils voulaient initialement construire l’établissement de leurs rêves, ils finissent par changer de fusil d’épaule en optant pour une reprise. C’est ainsi que Cécile et Lionel arrivent jusqu’au Petit Kembs. « Notre projet est de rester juste tous les deux. Nous avions besoin d’un endroit qui fasse 3 en 1 : un petit restaurant, des chambres et de quoi habiter. » Le Petit Kembs de Cécile et Lionel a ouvert ses portes le 25
novembre 2021. La maison est aujourd’hui séparée en deux. « Je garde le rez-de-chaussée et Cécile a les deux étages pour elle », sourit le chef. « J’œuvre en coulisses », complète-t-elle en souriant. Un fonctionnement qui leur permet de profiter aussi de leur vie de famille. « Nous voulions que notre fille puisse voir son papa tous les jours », glisse Cécile. « Je peux manger avec elles tous les soirs et dire bonne nuit à notre fille avant
qu’elle ne se couche. »

Une démarche qualitative et environnementale

À la fois en salle et en cuisine, Lionel Stolz s’offre ‘’carte blanche’’. Un concept atypique, bien à lui. « Je n’annonce pas la couleur avant. Je ne peux
pas garantir le même menu pour tout le monde. Je suis dépendant des quantités livrées par mon boucher. C’est finalement lui qui décide ce que je
vais proposer.» Le Petit Kembs travaille avec la boucherie mulhousienne Orion, dont 90% de ses viandes proviennent du Sud Alsace. « J’ai la même
exigence vis à vis de mon poisson. Je ne travaille qu’avec de l’extra frais, pêché à la ligne ou en petit bateau. Je ne propose que du poisson sauvage.
Nous sommes engagés dans une démarche qualitative mais aussi environnementale et qui ait du sens. » La cuisine est de saison, simple, raffinée et met à l’honneur les producteurs de la région. Les vins natures sont la marque de fabrique de la carte du chef, « à l’extrême opposé des vins conventionnels ». Un restaurant gastronomique dans lequel le client peut choisir entre le menu Betzala en trois temps ou Gressera en quatre temps, déclinables en formules mets et vins.

Allergies, intolérances et régimes particuliers enregistrés à la réservation

Un établissement dans lequel la réservation est primordiale. « Le travail de Cécile est très important puisqu’elle prend toutes les informations concernant les allergies, les intolérances mais aussi les régimes particuliers. Elle explique également notre fonctionnement. » Le Petit Kembs, c’est cinq tables pour un total de 15 couverts et une atmosphère cosy et intimiste. « Si nous avons une table de dix personnes, nous privatisons. Nous voulons proposer un moment calme et paisible, que nos clients se sentent à l’aise chez nous, comme chez eux. » Malgré le changement de logo, les fidèles du Petit Kembs sont revenus pousser les portes d’un restaurant complètement relooké. « Certains reviennent d’une semaine à l’autre. Une table a même réservé pour le samedi suivant alors qu’elle n’avait encore aucun plat sous leurs yeux. » La maison fait même déjà écho de l’autre côté de la frontière.

Emilie Jafrate

Le Petit Kembs par Cécile et Lionel Micro-restaurant et chambres d’hôtes
49, rue du Maréchal Foch, Kembs
03 89 48 17 94
contact@lepetitkembs.fr
lepetitkembs.fr
Le Petit Kembs


Informations sur l'auteur :

picto_periscope

Le Périscope

Catégories associées :

Actualités Le Journal Restauration