Anne Vetter, Présidente de Velum et fervent défenseure de l’industrie

L’éclairage n’a aucun secret pour elle. Anne Vetter dirige Velum, une entreprise familiale créée en 1975 par Claude, son papa. En parallèle de ses fonctions de Présidente, elle porte fièrement les couleurs de l’industrie, qu’elle défend au quotidien en tant que Conseillère du Commerce Extérieur de la France.

Après des études d’ingénieur en informatique, Anne Vetter débute sa carrière dans une entreprise parisienne. Si elle était bien décidée à ne jamais reprendre l’affaire familiale créée par son père en 1975, elle finit par choper le virus. « J’ai pris deux années sabbatiques pour venir travailler chez Velum, en Alsace. J’ai goûté à l’entrepreneuriat et surtout, j’ai découvert qu’il était possible d’emmener des gens et de créer de jolies choses. » La transmission se fait alors en 2011. Anne Vetter reprend l’affaire avec son conjoint, Lionel, et devient Présidente de Velum.

Du diagnostic, aux solutions d’éclairages pour les professionnels

Velum est fabricant d’éclairages. « Notre métier historique est la mise en valeur de produits de commerce. » La fabrication est française, avec un site de production de 25 000m2 installé à Bischoffsheim. La marque est également présente sur deux autres sites, l’un en Rhône Alpes et l’autre en Allemagne. La société compte aujourd’hui 220 collaborateurs. Son chiffre d’affaires et de 27 millions d’euros, avec une part de 25% à l’export vers l’Allemagne, le Portugal, l’Espagne ou encore la Pologne. Un chiffre qui a progressé de 30% depuis la reprise. Velum s’adresse aux professionnels, de la grande distribution, aux petits commerces, en passant par le tertiaire, les collectivités, jusqu’aux infrastructures sportives. « Nous réalisons également des pièces d’exception, pour les fromagers par exemple, dans des pots à lait. Nous sommes fabricants. Notre valeur ajoutée est de trouver des solutions pour n’importe quel type de secteur d’activités. Pour les personnes qui travaillent de nuit par exemple, l’idée est de leur donner l’impression de terminer en fin de journée et non au petit matin. Ils s’endorment ainsi mieux. Nous ne sommes de loin pas arrivés au bout des possibles ! » Velum travaille également avec le District d’Alsace de Football dans la réhabilitation de l’éclairage des stades de football. « Nous arrivons à un moment où beaucoup ont encore l’ancienne technologie, celle d’avant led. Elle n’existe plus et les stocks de pièces s’épuisent. Nous réalisons les diagnostics et nous proposons la meilleure solution possible. »

Une ingéniosité décuplée face à la concurrence

Le secteur connaît une forte concurrence en provenance des pays de l’Est ainsi que de l’Asie. « Nous sommes obligés de redoubler d’ingéniosité. Nous parvenons à rester concurrentiels en limitant nos temps de production. Au moment de la conception, nos ingénieurs simulent les gestes pour qu’ils soient le plus efficace possible et ainsi gagner en productivité. » Une entreprise qui se veut le plus propre possible avec une réelle philosophie de recyclage. « Nous faisons travailler le tissu local, nous recyclons nos cartons et nous travaillons sans colle, sans agrafe ni scotch. »

L’Allemagne pour marché cible

Femme d’actions, Anne Vetter affiche des ambitions de croissance à l’export pour Velum avec, pour marché cible, l’Allemagne. « Cela fait 20 ans que nous y sommes implantés, mais pas suffisamment. » Un marché sur lequel la Présidente compte multiplier par quatre son chiffre d’affaires jusqu’à atteindre les 8 à 10 millions d’euros. L’autre enjeu reste l’augmentation de la production en France par la verticalité. « Nous voulons regrouper l’ensemble des savoir-faire qui gravitent autour du luminaire. Nous l’avons débuté avec le thermolaquage, que nous utilisons pour nos produits mais que nous proposons aussi aux artisans qui en ont besoin. » Anne Vetter souhaite également travailler sur les piliers de la politique RSE de son entreprise, le bien-être de ses collaborateurs et pousser plus loin encore ses préoccupations environnementales.

« L’industrie est belle ! »

Anne Vetter aime l’industrie et elle le revendique haut et fort. Velum a d’ailleurs été l’une des premières PME à obtenir le label Industrie du Futur. Dirigeante d’entreprise, forte d’une expérience à l’export et son envie de consacrer du temps à la promotion de l’industrie l’ont conduit à entrer dans le cercle des Conseillers du Commerce Extérieur de la France il y a six ans déjà. Une fonction 100% bénévole, dont les missions sont d’accompagner les entreprises à l’export mais aussi de travailler sur l’attractivité du territoire. « Je le fait par conviction pour que notre pays gagne en attractivité. Malheureusement, aujourd’hui, personne ne se projette dans l’industrie. Les gens s’en désintéressent parce que son image n’est pas sexy. Pour moi, ce monde est noble. L’industrie est belle ! Tous ses métiers sont accessibles aux femmes. Les portes de notre site de production sont ouvertes. Nous avons beaucoup de femmes qui ont les ongles vernis et qui travaillent chez Velum. » Les jeunes et la formation font partie de son cheval de bataille. « En France, nous avons la chance de pouvoir bénéficier d’un dispositif unique au monde : le VIE (Volontariat International en Entreprise). C’est une véritable rampe de lancement. Les jeunes peuvent partir n’importe où dans le monde. Tout est sécurisé. Il suffit d’oser. Aujourd’hui, 85% d’entre eux sont recrutés quelque part sur la planète ! »

Emilie Jafrate


Informations sur l'auteur :

picto_periscope

Le Périscope

Catégories associées :

Actualités Industrie Le Journal