À l’Eco Garage de Brunstatt, Jacques Brenner convertit les moteurs essence en superéthanol E85 pour des kilomètres plus écologiques et économiques

Il a passé sa vie les mains dans le cambouis. Jacques Brenner est tombé dans la mécanique lorsqu’il était petit. En 2019, il ouvre les portes de son Eco Garage. Un garage d’un nouveau genre, dans lequel les moteurs essence sont convertis en Superéthanol 85 et les moteurs décalaminés.

Passionné, il l’est sans aucun doute. Voilà 49 ans que Jacques Brenner a les mains dans le cambouis. Après une pause de trois années, il est revenu à ses premiers amours ou presque. Fatigué de sup- porter des charges lourdes, le garagiste a choisi de rester dans son domaine de prédilection, mais de le pratiquer différemment. « J’aime démonter, remonter, et chercher les pannes, glisse-t-il. Ce qui est facile ne m’intéresse pas. » C’est ainsi que nait son concept d’Eco Garage. Un garage dans lequel Jacques Brenner convertit les moteurs essence en bioéthanol depuis 2019.

Deux véhicules par jour convertis en bioéthanol
Il démarre sur un rythme de trois jours d’ouver- ture par semaine à cinq et demi, aujourd’hui, à raison de deux voitures par jour. « Il faut compter trois heures environ par véhicule», précise-t-il. Si le bioéthanol permet de rouler plus vert et plus économique, l’engouement s’explique aussi par l’aide révisée par l’Etat. Une aide de 550€ jusqu’au 15 juillet, tombée aujourd’hui à 250€. Mais à 84 centimes le litre de bioéthanol contre plus de deux euros celui d’essence, le coût de revient reste moins onéreux, au-delà de l’aide. «Pour bénéficier de l’aide, le véhicule doit avoir quatre ans mini- mum. Et j’ai quand même beaucoup de voitures neuves qui arrivent jusqu’à moi. Les propriétaires n’hésitent pas à passer à la conversion, même s’ils la payent plein pot » ! Sa clientèle est composée à 90% de particuliers et à 10% de professionnels, comme les auto-écoles ou encore les VRP.

Un système conçu et fabriqué à Montpellier, monté à Brunstatt-Didenheim
Un système garanti trois ans et ‘’rassurant’’. «Il est doté de capteurs de carburant et surtout, vous pouvez le relier à une application qui vous in- dique où se trouvent les stations essence les plus proches ». Un boîtier de conversion d’autant plus rassurant qu’il est français. L’Eco Garage a fait le choix de la marque BioMotors. Chacun de ses sys- tèmes est conçu et assemblé à Montpellier, depuis 2007. Ses systèmes de conversion E85 homolo- gués ont fait l’objet de brevets et disposent d’un réseau de plus de 600 installateurs répartis partout en France.

Le décalaminage préventif ou curatif pour tout type de moteur
Le garagiste propose un autre service pour le bien de la voiture, celui du décalaminage. Préventif ou curatif. Un service pour lequel il a investi 15 000€. Un service qui concerne tous les véhicules et qui permet de nettoyer les parties chaudes du moteur par hydrogène ; par traitement chimique les par- ties froides. De quoi donner une seconde vie à sonmoteur. Une solution aussi écologique qu’écono- mique. En ce qui concerne la conversion, peut-être que l’avenir sera composé de moteurs diesel pour l’Eco Garage. Le mécanicien garde un œil sur les systèmes qui se développent pour ces moteurs qu’il ne touche pas encore. « Ce sont des systèmes à hydrogène, mais pour le moment, les kits ne sont pas éprouvés».

Emilie Jafrate

Eco Garage
28, rue des Pyrénées, Didenheim 
03 89 46 45 43
eco-garage.fr
Facebook: ECO Garage


Informations sur l'auteur :

Emilie Jafrate

Journaliste

Catégories associées :

Actualités Le Dossier du Mois Le Journal